Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 06:55
Interview de Gilbert Pinos éditeur et scénariste chez Tanibis.

Tanibis est une maison d'édition qui détonne et étonne. Oncle Fumetti a voulu comme d'habitude en savoir plus. Il s'est adressé à Gilbert Pinos le boss. Voici ses réponses.

Bonjour Gilbert Pinos. Comme je n'ai rien trouvé sur vous sur internet le mieux c'est que vous présentiez ? Qui êtes-vous ? D'où venez-vous et pourquoi la BD ?

Par où commencer ? Mon CV est à l'image de ma mémoire : un fouillis pas possible ! Je vais bientôt avoir 70 ans et j'ai à peu près tout fait : vendeur d'autocollants en porte à porte, commercial pour un pisciniste aux USA, journaliste de faits-divers, j'ai aussi entraîné des gamins à boxer... Un sacré parcours, ça ferait une bonne bédé tiens, il paraît que l'autobiographie est à la mode !

L'édition, c'est venu très tard, un peu par hasard, suite à des pépins de santé. Il fallait ralentir un peu. Je me suis dit qu'en bossant dans le culturel je serai plus pépère... tu parles !

Parlez nous de Tanibis. C'est une maison d'édition non ? Vous en êtes le Directeur Commercial ?

Au départ, Tanibis était une petite boîte sans envergure créée par une bande d'étudiants mous... je l'ai rachetée en 2006 pour une bouchée de pain à mon retour des États-Unis. Un copain libraire m'avait dit que la bd indépendante était en plein boom à l'époque. J'ai pris le pari... sa librairie a coulé six mois plus tard ! Et moi, j'ai bien déchanté depuis. Je suis directeur commercial mais pas que, en gros c'est moi qui fait tourner la boutique : j'engueule les libraires qui ne font pas leur boulot, je fais patienter les imprimeurs qui réclament des traites, ce genre de choses, vous voyez ? Bon je me fais aussi aider par des petits jeunes. Courir les salons et porter des cartons, à mon âge ce n'est pas raisonnable, eux ça les amuse, alors ! Ils font aussi la mise en page et le site internet. Je suis pas très doué avec l'internet, toutes ces bêtises.

Quelle est la ligne éditoriale de Tanibis ? Qu'aimez vous publier ?

La ligne éditoriale de Tanibis... j'avoue que je n'en sais rien. J'ai l'impression qu'il y a beaucoup trop de récits qui tournent autour des rêves ou de récits muets en noir et blanc... C'est à cause de mon stagiaire-directeur artistique, ça. Il a ce genre de goûts un peu... intello-branchouille, comme on dit. Mais que voulez-vous, je suis un vieux machin, je suis un peu largué dans le monde des bulles d'aujourd'hui ! Alors que lui, il est jeune, il comprend mieux ce qui plaît aux gosses. C'est lui qui me montre les projets qui lui plaisent et nous les éditons. Enfin dans la mesure où ce n'est pas trop cher à publier car vous n'avez pas idée de combien les auteurs demandent parfois pour leurs planches !

Personnellement j'ai un faible pour les récits d'aventure à l'ancienne... Avec des personnages bien trempés et une bonne dose d'action. Des ingrédients qu'on retrouve peu dans notre catalogue paradoxalement. C'est peut-être pour ça qu'on les retrouve dans EGG.

Interview de Gilbert Pinos éditeur et scénariste chez Tanibis.

Déjà trois nominations à Angoulême en 15 ans. C est bien non ?

C'est bien mais ça ne remplit pas le frigo, les nominations… je préférerais compter trois briques sur mon compte en banque !

Vous avez publié Lucas Varela et l'excellent Paolo Pinocchio. Comment rencontre-t-on une telle pépite ?

Ah quelle histoire ! Bon, figurez-vous que ma femme avait une cousine dont le fils était très ami avec une petite nana dynamique, Claire Latxague, une étudiante - à l'époque – argentinophile férue de Bédé. Voilà qu'elle se présente un beau jour dans nos locaux, tout juste revenue d'Argentine avec un carton à dessin bien rempli. J'étais plutôt sur la défensive je pensais qu'elle venait mendier un poste ou je ne sais trop quoi... Elle avait en fait déniché un paquet d'auteurs argentins lors de son périple la-bas et elle se proposait de nous vendre les droits de leurs projets, moyennant une coquette commission. Rien de moins. Comme personne ne parle espagnol dans la maison, elle s'est aussi proposée de nous les traduire, tout naturellement à « prix d'ami ». En plus, elle avait elle-même rédigé un contrat tout prêt, il n'y avait plus qu'à signer ! Je ne sais pas comment elle s'y est pris, elle a dû nous hypnotiser... Encore aujourd'hui, je ne m'explique pas ce qui s'est passé : elle est repartie comme elle est venue mais avec un très gros chèque. Nous laissant comme deux ronds de flan avec un contrat pour deux albums d'un auteur dont nous n'avions jamais entendu parler - la pépite dont vous parlez - et ses planches que nous étions incapables de lire. Et cerise sur le clafoutis, figurez-vous qu'avec mon pognon elle a ouvert en un temps record sa propre maison d'édition où elle publie les projets qu'elle s'était bien gardé de nous montrer ! Ah il faut reconnaître qu'elle a finement joué ! Enfin, soyons beau joueur, sans rancune !

Interview de Gilbert Pinos éditeur et scénariste chez Tanibis.

Vous êtes aussi scénariste. Ces jours-ci est sorti Egg avec Aurélien Maury. Parlez-nous de ce projet ? Beaucoup font le lien avec Flash Gordon. Il y a une part de vérité ?

Oui probablement mais peu de gens savent que nous n'avons pas inventé Zak Thunder : c'est un personnage inventé par Michel Lelay dans les années 50. Enfin « inventé », à ce niveau on peut parler de plagiat, je pense. Bref, Terry (il signe « Aurélien » mais son vrai prénom est Terrence), en vrai fondu de SF, m'avait montré les histoires de Zak Thunder dans une revue de comics québécoise dont le nom m'échappe, enthousiaste... Moi, ça ne m'a pas transporté, Michel Lelay n'était pas un très très bon dessinateur il faut être honnête. J'ai quand même contacté les ayants droit... Avec leur accord et moyennant une somme rondelette on a pu utiliser le personnage comme on le voulait. Terry voulait le reprendre de façon très révérencieuse... Je l'ai laissé faire en toute confiance. Au bout de plusieurs mois comme je ne voyais rien venir j'ai commencé à m’inquiéter. Et puis il a fallu se rendre à l'évidence : Terry n'avait rien fichu et il était complètement empêtré dans son scénario... Comme d'habitude, j'ai mis les mains dans le cambouis. C'était peut-être une drôle d'idée de ma part... mais nous l'avons bouclé ce bouquin ! C'était une période un peu trouble sur le plan personnel... alors je n'ai pas de souvenirs très précis de la gestation de l'album.

Aurélien Maury avait déjà publié « le dernier Cosmonaute ». Egg est un pur produit-maison alors ?

C'est exact. On pourrait dire que Maury lui-même est un produit maison en fait. C'est mon poulain. Je l'ai repéré lors d'un voyage aux USA. C'est moi qu'il l'ai poussé à faire de la bédé. Depuis il vit en France et fait presque partie des murs de la maison Tanibis. EGG s'est fait en interne en quelque sorte.

Quels sont vos modèles dans la BD ? Que lisiez-vous ou que lisez vous ?

Gamin je lisais bien des comics de poche que mon père me ramenait de ses tournées. Vous savez ces petits formats qu'on vendait en kiosque ou dans les gares… Je crois que c'est de là que vient d'ailleurs le choix du format de EGG, par pure nostalgie pour ces illustrés-là. J'aimais les histoires avec des cowboys, ou les récits de guerre. Des choses un peu « burnées » si vous me passez l'expression.

Quand à la bédé à papa, non merci... Hergé et consor, pfff... Même môme ça me tombait des mains. À la rigueur, je serai plus clément avec « Tintin en Afrique » : les scènes de tirs sur des animaux m'avaient bien plu. Sinon, ah si, les enquêtes de Gilles Jourdain. Ça, ça me bottait bien... C'était presque du Simenon, avec de belles répliques... et puis les accidents de voitures ! Personne ne démolit une bagnole comme Tillieux !

Plus tard aux States, j'ai rencontré Paul Kirchner car nous fréquentions le même club de tir. Nous sommes assez rapidement devenu de bons copains. Il m'a par exemple initié au maniement du Couteau Bowie en échange de quelques unes de mes fameuses « astuces fiscales », que de bons souvenirs ! Paul faisait de la bédé dans son coin et tout passionné qu'il était il a pu me montrer pas mal de choses, mais j'y étais assez hermétique je l'avoue. Je me souviens juste de Kirby, je n'ai jamais rien lu de lui mais son dessin avait du punch, oui. Comme j'avais cette affaire d'autocollants fantaisistes - c'était la mode en ce temps-là - j'ai bien essayé de l'approcher pour lui proposer de m'en faire quelques uns... Mais il préférait se consacrer à ses âneries !

Et maintenant me voilà éditeur de bande dessinées ! C'est quand même drôle la vie !

Interview de Gilbert Pinos éditeur et scénariste chez Tanibis.

Vous emmenez 5 BD sur une île déserte. Alors hormis celles de Tanibis vous emmenez quoi ?

Ah non ! Pas de bédé ! J'en vois assez toute la journée. Sur une île déserte j'emporte un whisky, ma casquette et mon chien.

Que nous réserve Tanibis dans les prochains mois ?

Je vous donne une petite exclu : nous allons publier une suite à the bus, de Paul Kirchner. Fort du petit succès du premier opus (des pages des années 70 que nous avons rééditées), Paul s'est amusé à reprendre son strip. Nous avons assez de nouvelles planches pour faire un beau livre qui paraîtra à la rentrée, pile avant noël.

Avec cet album je me fais particulièrement plaisir car quand j'ai repris Tanibis, j'avais déjà derrière la tête l'idée de rééditer ces planches… C'est un peu un accomplissement.

Enfin après, le nouveau Jesse Jacobs, « honeymoon safari » (ou bien « safari honeymoon », j'ai un doute. Il faudrait que je demande confirmation à mes garçons !). Je n'ai pas tout compris mais ça n'a pas l'air trop vilain.

Merci Gilbert. A bientôt.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article

commentaires