Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 05:22

Oncle Fumetti continue sa «promenade » au sein du monde du 9ème art, questionnant deça delà les acteurs de ce milieu riche...Aujourd hui Vincent Henry éditeur mais aussi gérant de

la Boîte à Bulles...

 

 

Bonjour Vincent Henry. Vous êtes le gérant de La Boîte à Bulles, un éditeur de Bandes Dessinées. Présentez nous votre maison. Que publie-t-elle ? Quels genres d'albums , Quels publics souhaitez vous toucher ? Combien d'albums par an publiez vous ?

 

 


Bonjour. Je suis certes le gérant de la B à B mais surtout son éditeur !  C'est cette activité qui prend l'essentiel de mon temps depuis que je  travaille avec une administratrice hors pair...J'ai créé la B à B en 2003 avec l'intention de publier de jeunes auteurs, proposant des bandes dessinées plutôt destinées aux adultes, centrées autour de l'intime, le quotidien, le voyage, la poésie, le témoignage, l'humour irrévérencieux, avec des graphismes si possibles originaux...Nous publions environ 20 ouvrages par an. Parmi ceux-ci, une bonne moitié d'oeuvres de "non fiction" comme disent les anglophones. Dont une partie, depuis 2012, *sous forme de "carnets de reportages" et pas  seulement de pure bande dessinée. Nous avons également développé depuis 4 ans, autour de la série de L'Ours Barnabé, une collection de bandes dessinées jeunesse, à double niveau de lecture : La Malle aux images. J'ai le sentiment que notre public est fait de lecteurs curieux, souvent militants, plus féminin que celui de la bande dessinée traditionnelle. Mais nous ne visons pas un public bien déterminé. La majeure partie des lecteurs choisissent leur livre en raison d'un coup de coeur pour le dessin, pour un auteur, en fonction du thème développé, de la critique lue dans un magazine... Rares sont ceux qui connaissent ou identifient le catalogue de l'éditeur, en fait...

 

couv_9782849531402_grande.jpg

 

Comment s'est déroulée votre année 2013 ? Est-ce qu'une maison comme la vôtre ressent le marasme économique et comment ?


L'année 2013 s'est déroulée comme un verre à moitié plein ou à moitié vide. Pour nos 10 ans et la sortie du dernier ouvrage de Nicolas Wild, Ainsi se tut Zarathoustra, nous entretenions de bons espoirs d'élargir notre public. Et au final, on a plutôt fait du surplace par rapport à 2012.

 

Difficile de dire si cela est lié aux titres publiés, à la "morosité ambiante" ou à une polarisation des lecteurs sur un nombre de plus en plus limité de titres...Le verre à moitié plein, c'est qu'on a publié des livres bien accueillis tels que Zarathoustra, donc, mais aussi par exemple Le Massacrede 
Simon Hureau. Little Joséphinede Valérie Villieu et Raphaël Sarfati a reçu le  Prix oecuménique à Angoulême et le carnet de reportage Salaam Palestine a monopolisé une grande partie des prix du festival du Carnet de voyage de Clermont Ferrand, confirmant le bon départ de notre 
collection de carnets ! Et notre cher Ours Barnabé, le plantigrade dessiné par Philippe 
Coudray, a profité de 2013 pour devenir célèbre aux Etats-Unis et en Chine...

Enfin, nous avons signé un accord de partenariat avec Amnesty International qui nous ravit ! Nous travaillons ensemble autour de cas documentés et suivis par l'ONG tout en laissant une grande liberté aux auteurs. Cette collaboration donne ses fruits en 2014 avec Noxolode Jean-Christophe Morandeau (cas emblématique d'une femme homosexuelle violée et assassinée en Afrique du Sud), Panthers in the holedes frères Cénou (Blacks panthers maintenus 40 ans à l'isolement 
aux Etats Unis), Marais noirsd'Emmanuel Prost et moi-même (carnet sur les populations et les évictions forcées au Nigéria).

 

little_josephine.jpg  album-cover-large-22159.jpg

 

Quelle est la difficulté pour une maison comme la vôtre ? Est-ce le cas de tous les éditeurs du secteur et de votre taille ?


Je ne sais pas trop si on a tous exactement les mêmes problèmes...Mais j'imagine qu'ils doivent en grande partie se ressembler ! Au quotidien, ce qui est le plus difficile, c'est d'effectuer 
l'ensemble du travail nécessaire  avec une équipe réduite. Publier un livre vendu à 1.000 exemplaires demande autant de travail que d'en publier un à 15.000 exemplaires ! Mais le confort matériel n'est pas le même pour l'auteur et pour l'éditeur !


Commercialement, on a l'impression de devoir faire nos preuves à chaque livre, nous battre à chaque instant pour que le livre ait un peu de visibilité, qu'il ait sa chance en librairie. Nos livres ont des placements mécaniquement inférieurs à ceux des plus gros éditeurs,  ils sont donc moins visibles. On a donc l'obligation de susciter  l'envie chez certains lecteurs, de réussir à toucher les lecteurs potentiellement intéressés par le livre, son thème, son auteur. Pas  évident ! Heureuse-ment que nous pouvons compter sur la curiosité de nombre de journalistes et sur la bienveillance de nombre de libraires !

Quelle est votre ligne éditoriale ? Comment choisissez vous vos auteurs ?

 

 Notre ligne éditoriale n'a quasiment pas varié depuis 8 ans : on se  concentre même de plus en plus sur ce qui fait le coeur de notre  catalogue, l'intime, le témoignage, l'autobiographie, l'ironie, la  poésie...Comme nous avons le bonheur que les auteurs déjà publiés reviennent régulièrement nous proposer de nouveaux projets, nous n'avons pas forcément besoin de de dénicher de nouveaux talents pour compléter  notre programme de parution.  Pour autant, je trouve important de donner chaque année leur chance à de nouveaux auteurs. Car c'est une des vocations de notre maison  d'édition et car cela nous évite de nous scléroser. En ce début  d'année, par exemple, nous avons publié Superman n'est pas juif d'Emilie Boudet et Jimmy Bemon... Au global, sur les 98 auteurs de BD  avec lesquels nous avons travaillé, plus de la moitié (53 exactement)  ont publié chez nous leur premier livre ! Nous recevons chaque année par mail environ 500 à 600 propositions de  nouveaux projets et nous n'en retenons malheureusement que... 3 ou 4 !  Le reste de nos parutions, ce sont des ouvrages d'auteurs déjà publiés chez nous ou avec qui nous discutons depuis quelques temps déjà. Les nouveaux auteurs sont choisis en général au travers du projet qu'ils nous proposent, de sa qualité et de son adéquation avec notre ligne éditoriale. Mais l'aspect humain joue aussi. On a plus de  plaisir à travailler avec des auteurs sympas et qui interagissent  positivement avec nous sur leur projet. En effet, nous considérons  super important de suivre l'auteur dans son travail de création et de  pouvoir échanger avec lui.

 

couv_9782849531075_grande.jpg  album-cover-large-22161

 

Un de vos livres a été sélectionné au dernier festival d'Angoulême "Ainsi se tut Zarathoustra" de Nicolas Wild. Comment un  éditeur vit ce moment important de l'année pour la profession ? Que  ressent-on quand un de ses livres est sélectionné ?


Un livre sélectionné à Angoulême, c'est tout un tas de choses à la fois ! Un plaisir tout d'abord, partagé avec l'auteur. La reconnaissance du talent de son "protégé"... Une opportunité commerciale évidemment, limitée mais réelle. De la notoriété pour  l'oeuvre mais aussi plus globalement pour le catalogue de l'éditeur.  On tremble donc chaque année en découvrant la liste des ouvrages sélec-tionnés. Plus important encore, bien entendu, c'est d'obtenir un Prix Intrus à  l'étrange de Simon Hureau a bien profité de son Prix angoumoisin, doublant ses ventes et agrandissant l'aura de son auteur.

Mais même des prix jugés plus mineurs comme le Prix du jury oecuménique ont un impact pour nous. Sans doute bien davantage que pour un éditeur plus connu. Ainsi Little Joséphinede Valérie Villieu et Raphaël Sarfati a vraiment gagné en visibilité après le Prix  reçu en 2013.Pour Ainsi se tut de Zarathoustra, nous sommes fous de joie qu'il ait reçu le Prix France Info juste avant Angoulême. Si jamais il figurait au palmarès d'Angoulême, ce serait pour lui le double effet kiss cool !!!

Est-ce que le FIBD est l'occasion de rencontrer son public ? des  dessinateurs ? D'espionner la concurrence ?


Le salon d'Angoulême constitue l'occasion avant tout de rencontrer quelques uns de nos lecteurs et de retrouver nombre de nos auteurs avec qui on a une relation essentiellement virtuelle le reste de l'année ! On espère aussi pouvoir décrocher quelques articles de presse et avoir l'occasion de mettre un visage sur les signatures de quelques journalistes. Et aussi de réussir à couvrir les dépenses liées au festival en vendant quelques livres ! Sourire.

On en profite aussi pour rencontrer les éditeurs étrangers présents afin de leur vendre et de leur acheter des droits...Pour ce qui est de nos "concurrents", il suffit en fait de se rendre en librairie pour connaître sa production. Nul besoin de les espionner pour cela ! Donc Angoulême représente surtout une occasion de discuter avec les confrères présents, de partager nos états d'âme, de comparer nos situations...Quant aux auteurs, je dois avouer qu'en 10 éditions, je me souviens tout au plus de 2 contacts initiés à Angoulême qui ont ensuite donné lieu à publication. En général, les auteurs intéres-sés  par notre catalogue nous contactent par internet. Les auteurs qui démarchent lors du Festival sont rarement les mieux informés et les dossiers qu'ils nous présentent sont soit pas au point, soit par pour nous !

Par comparaison, le festival du carnet de voyage de Clermont Ferrand, bien plus modeste, joue un rôle beaucoup plus fondamental dans la mise en relation des auteurs avec les éditeurs : à chaque édition, ce sont 2 ou 3 projets de carnets qui voient le jour... Peut-être car il est encore plus difficile de se faire publier pour un carnet de voyage que pour une BD ? Car la B à B n'était pas encore très connue dans ce registre de publication ? En tout cas, les Clermontois organisent des rencon-tres auteurs / éditeurs particulièrement intéressantes... Merci à eux !


Qu'attendez vous de l'année 2014 ?


Avant tout de continuer à publier de bons bouquins ! Commercialement, pas grand chose en fait... J'espère que certains livres trouveront leur public et nous permettront de passer une année 
financièrement correcte. Mais je n'ai aucune certitude sur son déroulement, d'autant que l'on ne proposera pas cette année de nouveautés signés de nos "meilleurs vendeurs". Espérons une belle surprise ! 2014 sera tout de même un peu spéciale pour moi car je publierai 2 ouvrages dont je suis moi-même le scénariste : un carnet de reportage au Nigéria et une bande dessinée jeunesse... Je passe de l'autre côté de la barrière...

Quelles vont être les mutations importantes pour une maison comme  la vôtre ? Est-ce aller vers plus de numérique  ? Est-ce maîtriser  autrement la diffusion et la distribution ? Est-ce tenter un coup ? D'ailleurs peut-on modifier facilement une ligne éditoriale et aller  chercher "l'air du temps" ?


Je n'envisage pas de mutation cette année. On a créé ces dernières années une collection jeu-nesse, une collection de carnet de voyage. Notre sillon est là, il faut qu'on continue à le creuser.
L'air du temps, je ne pense pas qu'il faille courir après. D'abord parce que ça donne des livres formatés, qui se répètent à l'infini jusqu'à l'indigestion. Ensuite parce qu'à chercher à le capter, on fait la girouette et on perd toute identité. Il se trouve que nous avons depuis nos débuts une collection de BD de "non fiction", "Contre-coeur", et que la BD reportage est désormais passée dans l'air du temps. Si cela peut nous servir, j'en serai ravi ! En espérant que le créneau n'attire pas trop de monde tout de même ! Sourire.Donc si on réussit un "coup", ce sera dans notre registre à nous...
Quant au numérique, il reste très marginal à ce jour... Nous n'y investissons donc pas beaucoup de notre temps si précieux pour le moment...

A titre personnel quel aura été votre coup de coeur 2013 dans le monde de la BD ?


Quand j'étais journaliste, je trouvais lamentable ces professionnels de la BD qui peinaient à parler de leurs dernières lectures BD. Et vlan, voilà que je suis moi-même pris à ce piège. Je lis chaque mois des dizaines de BD en devenir et du coup, j'ai un peu de mal à en lire aussi 
le soir, ça me rappelle le boulot ! Je continue pourtant à en acheter et j'ai du coup une grosse pile de nouveautés à lire qui traîne dans le salon... Je vais m'y remettre, promis !

 

Promesse sera tenue à n'en point douter. Merci Vincent Henry pour vos passionnantes réponses et à bientôt avec Oncle Fumetti.

 

album-cover-large-18804.jpg

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ONCLE FUMETTI - UN AUTRE REGARD
  • ONCLE FUMETTI - UN AUTRE REGARD
  • : Critiques de livres. Annonces de sorties. Vidéos. Rubriques sur la BD.
  • Contact

Recherche

Parce Qu'ils Le Valent Bien...