Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 17:41

Bonjour Matthias Schultheiss .

 

Vous publiez ces jours-ci le cycle 2 du Rêve du Requin chez Glénat. Nous ne vous connaissons pas assez bien en France, même si vous y avez ont été publié abondamment . Votre éclipse a duré plusieurs années. Qu'avez-vous fait pendant ce temps ?

 

Au cours des 11 ans durant lesquelles je n'ai pas publié, j'ai fait beaucoup de choses. Des scripts pour les séries TV, de la peinture et j'ai enseigné en tant que professeur dans les médias. J'ai rénové une vieille ferme. Repensé à ma vie « Crime et «Chatiment ». Pour moi, c'était se mettre en congé de ma vie. Cela a toujours été un combat . C'était sauvage. Cela avait commencé à me détruire. Je devais me retrouver.

 

Parlez-nous de votre relation avec le public français ?

 

Les Français ont un grand sens de la tragédie et des héros « perdus ». Ils ont de grands auteurs et des illustrateurs merveilleux. L'esprit et la vie . Vous avez l'art de vivre. On le retrouve dans ce que vous faites. On le retrouve dans votre art culinaire. Vous avez le sens de la vie . Vous mettez du style dans tout ce que vous faites. Et ce qui est particulièrement important , les Français décident eux-mêmes ce qu'est l'art..Cela ne vient pas d' élites autoproclamées . Et si je ne comprends pas votre langue , c'est comme de la bonne musique, comme un bon vin rouge . Je sens les vibrations sur ma peau . C'est magnifique.

 

matthias_schultheiss.jpg

 

 

Vous avez étudié à l'Académie des Arts de Hambourg. Pourquoi avez-vous fait de la bande dessinée ?

 

J'étais un rêveur. J'ai rêvé m'éloigner. J'ai pensé à mes histoires, à la vie que j'aurais voulu vivre. J'ai observé les gens, leurs malheurs et leurs failles. Cela m'a toujours intéressé. Ces histoires doivent être connues. J'ai toujours été un conteur mais j'ai toujours été fasciné par les visages, les portraits que je voyais quand je me rêvais dans leurs vies. Nous avons eu la même vie . Nous sommes un grand club. Le club des désespérés. Toujours lutter pour le bonheur.

 

Quelle est la place de la bande dessinée en Allemagne ? Comment est-elle différente de ses collègues belges et français ?

 

Je pense que les comics et les romans graphiques sont un phénomène de niche. Les mangas ont ouvert un vaste marché de la jeunesse . La classe moyenne éduquée et les élites intellectuelles ne les acceptent pas. Pour le reste ce sont toujours quelques œuvres sur les juifs, les exilés, notre passé et les problèmes de société. Nous autres allemands sommes toujours devant un miroir à ressasser ce que nous avons fait de mauvais. Mea culpa. Ce sont les intellectuels d'exception qui sont discutés de temps à autre dans les grands magazines . Tout le reste de l'art en vigueur est rejeté comme un art stupide.

 

Bohrplattform-43.jpg 

 

 

Vous avez une carrière riche, mais quelles sont vos influences? Quels artistes ?

 

Mes premiers modèles étaient Modesty Blaise et Rip Kirby . De Rip Kirby j'ai copié les mains pendant des heures. Dans mon blog sous l'onglet « bandes dessinées inédites » ; Jonny Tucker et le Loup de St.Paulie font nettement référence au style de Modesty Blaise. Puis vient Hermann que je trouve meilleur narrativement et cinématographiquement que Bluberry. Cela pourrait être développé par Spielberg . Puis viennent les illustrateurs comme Norman Rockwell, Frazetta et d'autres illustrateurs de couverture américains.

 

Vous avez travaillé avec Dark Horse en Amérique ou Kodansha au Japon . Vous connaissez bien les comics américains, les mangas et la BD européenne. Que préférez-vous ?

 

Je pense que les États-Unis sont plus proches de nous que les Japonais . Il y a aussi une différence si je travaille pour une compagnie comme Kodansha , ou pour DC ou pour Marvel qui ont des exigences très fortes dans la direction de l'histoire. Marvel probablement encore plus que Kodansha qui souhaite mettre en forme ses propres idées.

 

 

 

leloupdesanpaulie

 

 

Vous reprenez les aventures de Patrick Lambert. Parlez-nous de ce personnage ? En quoi il est si spécial pour vous ? N'étiez-vous pas allé au bout de son voyage. ?

 

À une époque où cela n'allait pas bien pour moi, j'ai réalisé que quelque chose devait changer. Je me suis assis dans un bar dans le port . J'avais lu dans un article qu'un parasite pouvait attendre vingt années sur un arbre dans la tête d'une fourmi morte. Parfois, la tête de la fourmi éclate et le parasite tombe... Le cycle recommence . C'est un déclencheur . C'est l'histoire d'un malheureux infecté par ce parasite. Tout à coup Lambert s'est assis à côté de moi et m'a souri . Cela s'est produit pendant environ 3 heures . Je l'ai écouté et je me suis laissé à lui . Mais le mal a un pouvoir suggestive . Il a pris possession de moi . Il est devenu mon ami sombre et il fait depuis le sale boulot pour moi.

 

Ce mois-ci est publié le premier volume du second cycle. Votre style est puissant . La violence est très présente. Comment trouvez vous une telle énergie créatrice ?

 

 

La vie est ton énergie. Ce sont les déceptions, les défaites et même les victoires durement acquises qui donnent la force . Toutes les histoires sont des paraboles et je suis sûr qu'en chacun d'entre nous se trouve Lambert . La colère contre l'injustice, la joie sauvage quand nous avons gagné. Le désir de la violence et de la solitude que nous pouvons ressentir maintenant . C'est seulement une question de savoir si nous pouvons l'admettre ou non . Mais ce n'est pas grave, Lambert vit en nous, même si nous ne le réalisons pas . Il est le Christ noir qui vit mal pour nous sans barrières morales et culturelles . Il est le Vrai, l'homme effréné à la recherche de la rédemption.

 

2013 48 03

 

 

Comment travaillez-vous ? À quel rythme ? Quelles techniques ?

 

Depuis le volume 4 je colorie avec l'ordinateur . Pour une page, j'ai besoin pour le dessin et la recherche de 3 à 4 jours . C'est devenu extrêmement coûteux . Il sont entretemps devenus des peintures . Je dessine sur papier et scanne le dessin. J'écoute de la musique. Le plus souvent Smooth Lounge sur SKY.fm

 

 

Le premier cycle a déjà été publié dans les années 80 en Allemagne chez Carlsen et chez Glénat en France . Comment pouvez-vous reprendre un univers et un personnage plus de vingt ans plus tard ? Quel est l'état d'esprit artistiquement ?

 

J'ai déjà dit pourquoi j'ai pris une pause . J'avais renvoyé Lambert. Il n'avait plus de nouvelles histoires pour moi et je pense que j'étais devenu une bonne personne . Mais même devenu plus âgé, la lutte ne s'arrête pas . La vie peut être merveilleuse, mais il y a aussi des moments difficiles . "Le Voyage avec Bill" a été la tentative pour voir le monde changé. Puis le doute et "Daddy" est venu me semblait-il . J'ai été attiré dans la zone industrielle de Hambourg . Lieu Rotenburg . C' est traversé par des canaux . J'y avais enterré et a vécu une faible vie. Puis un été des souvenirs sontt venus et j'ai dû créé " femme sur la rivière. J'ai remarqué que le contenu réel de ma vie pouvait être des histoires racontées. Je ne pouvais pas lui échapper . Je me suis remarié et a été ensuite attiré loin de Hambourg dans une maison de ferme . Il y avait un vieux hangar à outils avec un tracteur et un petit four Je m'y asseyais souvent la nuit et je réfléchissais à la complexité de la vie . Les étoiles étaient claires et froides visiblent uniquement par les petites fenêtre. Et soudain, il s'est assis à côté de moi de nouveau et m'a souri de côté. " Je sais que vous avez encore besoin de moi », a déclaré Lambert . " Oui " ai-je répondu et j'ai dit , "Je t'aime mon noir ami. ».

 

P1020199jpgP1020199-1024x682

 

Quels sont vos futurs projets ? Restez vous encore dans la Bande Dessinée encore un moment ?Était-ce un passage éphémère ?

 

J'ai deux idées merveilleuses, mais il y a un problème de temps. Je ne veux pas passer sur la planche à dessin le reste de ma vie . Lambert est ma voie. Il est important et je vais le suivre.

 

Merci Matthias Schultheiss pour toutes ces réponses et pour cette profondeur. Bon courage à vous et à Patrick Lambert.

(traduit de l'allemand par Oncle Fumetti)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article

commentaires