Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 09:49

Le synopsis de Casterman :

 

« Avec Moi, René Tardi, prisonnier de guerre - Stalag IIB, Jacques Tardi concrétise un projet mûri de très longue date : transposer en bande dessinée les carnets de son propre père, rédigés des années durant sur des cahiers d’écolier, où celui-ci tient par le menu la chronique de sa jeunesse, en grande partie centrée sur ses années de guerre et de captivité en Allemagne. »

 

Moi-Rene-Tardi.jpg

 

 

Le Vieux Fumetti a mis un moment avant de se décider à écrire une chronique sur le livre de Jacques Tardi. Il a pris le temps de le lire plusieurs fois, de peser et de repeser les termes de son écrit. Lire des articles, écouter des interviews et se nourrir d'informations et d'avis. C'est une première pour lui. Il faut dire que c'est une œuvre très personnelle que celle-ci. C'est de l'ordre de l'intime. Très souvent dans les familles, une histoire comme celle-ci reste dans un espace réservé. Elle reste entre soi. On la raconte par à coups, lors de réunions de famille successives au gré des évocations, au fil des mémoires. C'est rarement mis par écrit et c'est un tort, ce qui est le cas ici. Oncle Fumetti a voulu bien « sentir » ce livre avant de l'aborder. Il s'agit donc d'un travail d'historien important et aussi une création très personnelle que nous livre Jacques Tardi. Il nous raconte le passé de prisonnier de guerre en Poméranie de son père, René. C'est une découverte, tant il est vrai que l'on a peu raconté le devenir de ces hommes. On nous a parlé de l'exode, de la Shoah, de l'occupation, de la libération mais si peu du sort de ces prisonniers français éloignés de leur pays, de leur famille et soumis à des conditions de vie très dures. C'est passionnant de le voir narrer par un fils, qui plus est un fils unique qui est forcément le «réceptacle » de la mémoire d'un père, tant il est vrai que le père reste un modèle pour l'enfant, pour un garçon. C'est passionnant parce que Jacques Tardi est un artiste. Il est aussi historien. Il est conteur. C'est une œuvre donc rare et magnifique. Le Vieux Fumetti a été passionné et très intéressé. De son point de vue, ce livre sera très bien reçu à Angoulême puisqu'il fait parti de la sélection officielle pour le Fauve d'Or. Comme nous le confiait Jean Philippe Thivert le marketeur de chez Casterman «  le public a compris à quel point c'est un livre majeur dans l'oeuvre de Tardi : c'est un livre très personnel pour lui, sûrement un de ses plus grands livres. » Oncle Fumetti tient ce livre pour le lauréat 2013 du Festival d'Angoulême. Qu'on se le dise !!!

 

Jacques Tardiest né en 1946 à Valence. Son père est militaire et il passe une partie de son enfance en Allemagne occupée de l'après-guerre. Il étudie à l' Ecole Nationale des Beaux Arts de Lyon. Il commence en 1969 chez Pilote. En 1976, il entre chez Casterman et crée 'les aventures extraordinaires d'Adèle Blanc Sec ». Il publie 9 albums de cette série. Il livre aussi un travail d'historien sur la Grande Guerre. Il est primé à Angoulême en 1985. Il reçoit également 2 Eisner Awards en 2011. Il nous a « livré » une cinquantaine de livres. Nommé chevalier de la légion d'honneur en 2013, il refuse cette distinction.

 

jacques-tardi.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article

commentaires

andrée 18/01/2013 11:10


Bonjour !Très très bel article; Andrée.

Oncle Fumetti 24/01/2013 10:59



Merci.