Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 06:55
Les légendes de la Bande Dessinée par Oncle Fumetti...Eric Losfeld éditeur.

Éric Losfeld est un éditeur belge, né le 8 mars 1922 à Mouscron. On lui attribue la création de pas moins de trois maisons d’éditions : en 1951, les éditions Arcanes, en 1955, les éditions « Le Terrain Vague »[], qui est aussi le nom de sa librairie ; ouverte d'abord rue du Cherche-Midi, puis transférée en 1967 au 14-16 de la rue de Verneuil, elle devient un lieu de rencontres intellectuelles intenses. Par la suite, vint Éric Losfeld éditeur structure très connue des aficionados de la BD des années 70. C’est cette dernière qui nous intéresse nous lecteurs du 9ème Art.

Il est un précurseur. Il publiera des textes considérés par les juges comme « obscènes ». Il faut se rappeler qu’avant mai 68 ; la censure et la pression sociétale sont puissantes. Assigné en justice de nombreuses fois, il est un des éditeurs français de l'après-guerre qui tenta de sortir l' érotisme de son carcan juridique restrictif. La fameuse «Loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse » est souvent opposée aux créateurs qui veulent sortir des œuvres « différentes ». Il compta au nombre des signataires du Manisfeste des 121.

Dès 1965, il publia des albums de BD avant-gardistes. Il ouvre à un public adulte un genre qui s'adressait jusque-là surtout à la jeunesse en éditant notamment Barbarella (photo1 )de Jean Claude Forest, qui inspira le film homonyme de Roger Vadim avec Jane Fonda déjà évoqué dans ce blog. Il publia également Kes aventures de Jodelle et Pravda la Survireuse (photo 2) de Guy Peellaert, Epoxy de Paul Cuvelier et Jean Van Hamme la Saga de Xam de Nicolas Devil, la version française de Les Aventures de Phhoebe Zeit-Geist de Michael O'Donogue et Frank Springer, ainsi que le premier album de Philippe Druillet : Lone Sloane, le mystère des abîmes. Elles feront l’objet d’articles ultérieurement dans ce blog.

Certaines de ces œuvres ne sont plus lues et ne sont pas passées à la postérité. Elles ne sont pas republiées. Elles sont pour certaines surannées. Pourtant elles auront permis de faire exploser la « chape de plomb » qui pesait sur la création artistique de cette époque et elles furent sans aucun doute à la base des créations qui apparurent par la suite sans parler des périodiques qui contribuèrent également à briser les codes et saper le dictat de la bien-pensance des 30 glorieuses, comme Métal Hurlant notamment. Elles sont inspirantes et elles libèrent les jeunes créateurs de l’époque. Elles proposaient autre chose.

À la mort de Losfeld le 18 novembre 1979 à Paris, son épouse et sa fille, Joëlle, tentèrent de continuer à faire vivre le fonds des Éditions Le Terrain Vague. Dans les années 1990, avec la collection "Arcanes", Joëlle Losfeld réédite en partie le catalogue de son père. Les Éditions Joëlle Losfeld sont aujourd'hui rattachées au groupe Gallimard en tant que collection

Il est inhumé à Paris dans le cimetière des Batignolles (9e division).


Les légendes de la Bande Dessinée par Oncle Fumetti...Eric Losfeld éditeur.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 06:55

Il est important de rappeler et de rappeler encore que Gotlib est un géant de la Bande Dessinée. En 1971 déjà il faisait la fête avec ses amis dans l'émission Tac au tac. Et de pester encore et toujours que les sociétés de télévision actuelles ne laissent aucune place au 9ème art.

Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 06:55
L'express Hors série consacré à Marcel Gotlib.

L'express nous régale cet été. Pour nous accompagner à la plage ou à la montagne ils nous ont concocté un très joli numéro fort réussi sur Gotlib. Le Grand Gotlib. On le découvre et on le redécouvre sur 120 pages. Son parcours de A à Z et encore que Z ne soit pas encore en vue. On apprend beaucoup aux travers de récits de proches, la famille et les amis. Les collègues aussi qui pour certains ont travaillé avec lui comme Mandrika. Ou d'autres qui s'en sont inspirés comme Blutch ou Fabcaro. La filiation est manifeste en effet. On revoit ces personnages qui nous ont fait rire mais pas que... Réfléchir aussi et nous interroger sur la société, la religion et leurs travers. Je vous recommande la page 116 avec un portrait incroyable de Blutch du Maître. Saisissant. On passe donc un très agréable moment. Excellent travail des journalistes en tout cas. A lire absolument.

L'express Hors série consacré à Marcel Gotlib.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 06:55
L'adoption de Zidrou et Arno Monin chez Grand Angle.

Le synopsis de Grand Angle :

« Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer. »

En mai, Grand Angle nous a proposé un livre charmant. C'est un premier tôme puisqu'on nous en annonce un deuxième opus. C'est une œuvre humaine comme sait en proposer Zidrou. Ce scénariste a maintenant une carrière plus qu'affirmée. Il nous propose via des maisons d'éditions diverses des histoires touchantes venant d'univers concrets et bien réels. Il passe de Ducobu à ce travail avec facilité. Il passe de l'humour potache à une œuvre plus intimiste. Les vies de ces personnages s'étalent et s'égrainent avec intérêt. Zidrou ménage les effets et prépare le lecteur doucement, tout en finesse. Les dialogues soont savoureux. Et bien entendu c'est le duo Qinya et Gabriel qui est intéressant. La petite fille adoptée et le grand père. Le trait de Arno Morin est adapté et s'accorde bien avec le scénario et la dramaturgie. On passe un joli moment. Et comme souvent on attend la suite avec plaisir et impatience.

Zidrou alias Benoît Drousie est né en 1962 à Bruxelles. Il commence comme instituteur. Il se lance dans l'écriture. En 1991 il s'ouvre à la BD avec Ducobu..L'élève Ducobu qu'il crée avec le dessinateur Godi. Il scénarise pour le Lombard, Casterman et Dupuis. Il est très prolifique.On croit savoir qu'il vit en Espagne à côté de Malaga.

Arno Monin a passé un bac littéraire puis une année à la fac en histoire de l'art. Il intègre une école d'arts appliqués qui proposait la formation dessin ,animation, bande dessinée. En cours de formation, un projet BD commence à le démanger. Il s'y consacre alors à plein temps afin de le présenter à des éditeurs, jusqu'à la bonne rencontre avec Grand Angle. Il signe les dessins du très remarqué L'Envolée sauvage, suivi de L’Enfant maudit. Il est encore discret mais cela ne devrait plus trop durer.

L'adoption de Zidrou et Arno Monin chez Grand Angle.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 06:55

Ce dimanche juste le plaisir d'un encrage à la plume. C'est filmé de près et le réalisateur a le bon goût de nous éviter le mal de mer avec des séquences de zoom avant-arrière. C'est fascinant comme le personnage prend vie et avec quel efficacité l'encrage est plus que repasser par dessus le crayonné. A voir. C'est vite fait.

Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 06:55
les légendes de la Bande Dessinée par Oncle Fumetti... Agent X9 et Alex Raymond.

X-9 est un agent secret sans identité du moins au départ. Il apparaît en 1930. Ce personnage est scénarisé par Dashiell Hammett et dessiné par Alex Raymond. Il travaille pour une agence d'espionnage inconnue. Par la suite il est nommé Phil Corrigan dans les années 1940 et plusieurs années plus tard la série sera renommée « Secret Agent Corrigan ». Cette série est à ses débuts un mixte d'espionnage et d'enquêtes plus policières. Mais en dépit de deux créateurs de talent, ce ne sera pas un succès. L'année suivant sa naissance, la série est abandonnée. Elle rebondit cependant grâce à Charles Flanders (1937) puis Robert Storm (1938-1943?), et elle est dessinée par Mel Graff de 1939 à 1960 environ. Graff est celui qui donne à X-9 son nom, "Phil Corrigan", pensant que c'est un non-sens d'appeler un agent secret uniquement par son nom de code. Trop impersonnel. Plusieurs autres créateurs suivront. Le dernier dessinateur est un vétéran, Georges Evans, qui réalisera la série de 1980 jusqu'à son dernier épisode en 1996. Et oui parce que cette série née dans la difficulté si elle connut des péripéties qui laissèrent présager une fin funeste eut une durée de vie près de 66 ans. Incroyable non ?

Alexander Gillespie Raymond est un dessinateur américain né en 1909. Il fut appelé Alex Raymond tout au long de sa carrière. Son père l’encourage très jeune à s’intéresser au dessin. Il se révèle être doué. C’est en 1934 qu’il créé le personnage de Flash Gordon. Il s’agit de concurrencer Buck Rogers autre héros de science fiction de l’époque. Flash devint le plus fameux des deux. Il créée également d’autres personnages dont Jim Jungle et l’agent secret X9. Il meurt en 1956.

les légendes de la Bande Dessinée par Oncle Fumetti... Agent X9 et Alex Raymond.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 06:55
L'année du Lièvre – tome 3 de Tian chez Gallimard.

Le synopsis de Gallimard :

«Cambodge, 1978. Alors que Khim et Lina sont toujours prisonniers du village où ils ont été transférés, les forces d'opposition parviennent à s'organiser et à renverser la dictature... Mais la situation reste très instable et le danger omniprésent. Gagner la Thaïlande semble la seule issue pour Khim et sa famille... La fin du cauchemar ? »

La collection Bayou est publiée depuis 2005. 77 ouvrages. C'est dire que la ligne éditoriale de Joann Sfar est stricte. Alors quand ils choisissent de publier 3 livres, un tryptique c'est que l'oeuvre le mérite dans son ensemble. C'est le cas. Tian nous propose un récit hors du commun. L'histoire est humaine et difficilement concevable si on ne connaissait pasdéjà le sort violent et funeste que vécu ce peuple martyrisé. L'auteur nous raconte la vie de sa famille et on fait le lien avec la vie de ce peuple. Le style est original. C'est à la fois un style résolument européen et en même temps la graphisme est d'inspiration asiatique. On le retrouve facilement. Si vous voulez en savoir plus sur cette histoire et sur cette Histoire ne manquez pas l'occasion de découvrir cette œuvre a nul autre pareil.

Tian est né au Cambodge en 1975. Les Khmers rouges prennent le pouvoir. Il arrive en France avec ses parents en 1980 et vit près de Lyon puis rejoint Strasbourg et son école des arts décoratifs. Une fois diplômé il retourne pour la première fois au Cambodge et y donne des cours de dessin dans le cadre d'un projet humanitaire qu'il a conçu avec une ONG. Par la suite, il travaille pour la presse jeunesse, œuvre pour Bayard et «Capsule cosmique», prend part à des collectifs comme l'Institut Pacôme, enseigne les arts plastiques, pratique la gravure et la sérigraphie. Il a la volonté de raconter ce que sa famille a vécu en 1975, l'année du Lièvre, le conduit à voyager de nombreuses fois dans son pays natal et à recueillir les témoignages de ses proches. Il signe une trilogie. Une ouevre d'ine grande humanité.ors que Khim et Lina s

L'année du Lièvre – tome 3 de Tian chez Gallimard.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 06:55

Ce dimanche courte vidéo qu permet de faire le lien avec la chronique d'hier sur Messalina, l'héroïne érotique de Jean-Yves Mitton. Rapide et efficace. On remarque l'excellent travail de documentation de l'auteur sur les costumes, les décors.

Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 06:55
Le rapport de Brodeck – tome 2 de Manu Larcenet chez Dargaud.

Le synopsis de Dargaud :

« Manu Larcenet se confronte à une adaptation, celle du chef-d'oeuvre de Philippe Claudel, Le Rapport de Brodeck. Mais lorsque l'auteur de Blast et du Combat ordinaire s'empare du texte, c'est pour le faire sien, et lui donner une nouvelle vie éclatante, sombre et tragique. Des pages d'une beauté stupéfiante, magnifiant la nature sauvage et la confrontant à la petitesse des hommes, une plongée dans les abîmes, servie par un noir et blanc sublime et violent. Un très grand livre. »

La suite. Enfin la suite. Comme il a pu être déjà écrit pour le tome 1 paru en avril 2015. Un nouvel album de Mister Larcenet c'est toujours un moment précieux. On se doit de le prendre avec distance pour goûter l'instant. C'est toujours un régal. Comme une bonne bouteille d'un vin de garde que l'on ouvre pour une grande occasion. On regarde le livre et on ouvre. Magie, les pages s'enchaînent. C'est beau. Les planches, les cases sont traitées avec finesse, avec élégance. C'est simple et beau à la fois. Ce n'est sûrement pas antinomique. L'oeuvre de Philippe Claudel est devenu un peu celle de Manu. Il lui apporte son regard et sa sensibilité. On reste parfois interdit. A lire absolument. A posséder très certainement. A déguster. C'est un 168 pages. Un grand format 292 x 236. A partir de 16 ans quand même.

Manu (Emmanuel) Larcenet est né le 6 mai 1969 à Issy-les-Moulineaux. D'abord cours de graphisme au lycée de Sèvres, puis école des Arts Appliqués. C'est un artiste passé par l'illustration pour Wind Magazine puis par Fluide Glacial. C'est l'auteur de Blast. Il est primé et très primé. Notamment en 2004 à Angoulême Prix pour le premier album, pour le 1er tome du Combat ordinaire. Prix des libraires de bandes dessinées en 2010 pour le 1er tome de Blast : Grasse Carcasse. Sélection officielle du Festival d'Angoulême 2015 pour le tome 4 de Blast : Pourvu que les bouddhistes se trompent. 15 prix en 15 années. C'est dire le talent de cet artiste.

Le rapport de Brodeck – tome 2 de Manu Larcenet chez Dargaud.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 07:10
Nailbiter tome 1 – Le sang va couler de Joshua Williamson et Mike Henderson chez Glénat Comics.

Le synopsis de Glénat Comics :

«Buckaroo, Oregon, a donné naissance à 16 des plus dangereux serial killersdes États-Unis. Cette ville nourrit l’obsession de Caroll, profiler au FBI, depuis que le dernier « boucher de Buckaroo », Edward « Nailbiter » Warren, a été acquitté au tribunal et lui a filé entre les doigts. Comment une si petite ville a pu voir émerger tant de meurtriers ? Finch, agent à la NSA, doit rejoindre Caroll pour élucider cette énigme sur place. Mais quand il arrive, son ami a disparu. Et le seul qui peut l’aider à le retrouver n’est autre que le diable en personne : Warren. »

Les serial killers sont à la mode. Cela fait un moment que nous les croisons dans le 7ème ou le 9ème art. La littérature est friande de ces monstres également. On va commencer par l'auteur, le scénariste de cette série puisque le deuxième tome sortira en septembre. Certains d'entre vous connaissent déjà la qualité d'écriture de Joshua Williamson. Il a une vraie capacité à vous enmener dans ces mondes rudes et violents avec une facilité déconcertante, il s'essaie avecNailbitter dans ce registre différent de ceux pour lesquels nous le connaissions. Un vrai thrillerhorrifique. L'album s'ouvre sur l'arrestation d'un tueur en série qui a pour particularité de ronger les ongles et les doigts de ses victimes. L'histoire reprend ensuite trois ans plus tard. L'inspecteur en charge du dossier se rend dans cette bourgade qui a vu naître plus d'une quinzaine de meurtriers. Je vous laisse découvrir la suite. On va pas révéler le suspense. Ce thriller imaginé par l'auteur est bien mené et joue sur l’ambiguïté de ses personnages et de cette ville aussi curieuse qu'effrayante. L'atmosphère est évidemment très sombre (comme dans Se7en), parfois étrange (comme dans Twin Peaks) et les fans du genre noteront la présence de quelques clins d'œil placés ici et là, comme par exemple Le silence des agneaux. Tous les classiques y passent. C'est un peu normal. Les dessins de Mike Henderson sont de bonne facture et participent à la réussite de ce premier album.

A noter le bon travail de Glénat Comics sur les couvertures. Elles sont originales. Travaillées.

Joshua Williamson vit à Portland, Oregon. Il est le scénariste et créateur de plusieurs séries chez différents éditeurs :Dear Dracula, Masks and Mobsters, Ghosted, Nailbiter et Birthright. Il scénarise également Captain Midnight chez Dark Horse et Robocop chez Boom! Studios.

Mike Henderson est un dessinateur américain. Il a travaillé sur les adaptations en comics de Escape from New York(Boom! Studios) et Ghostbusters (IDW). Avec Joshua Williamson, il réalise les séries Masks and Mobsters et Nailbiter.

Une planche de la version originale.

Une planche de la version originale.

Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article

Présentation

  • : ONCLE FUMETTI - UN AUTRE REGARD
  • ONCLE FUMETTI - UN AUTRE REGARD
  • : Critiques de livres. Annonces de sorties. Vidéos. Rubriques sur la BD.
  • Contact

Recherche

Parce Qu'ils Le Valent Bien...