Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 06:55

Aujourd'hui quatre magnifiques artistes. Je vous recommande Guido Buzzelli... Un génie trop vite parti. Magnifique avec Aunoa publié en 1979 aux Humanos et déjà chroniqué dans ce blog.

Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
18 juillet 2015 6 18 /07 /juillet /2015 06:55
Super Pif, le retour....Vu par Oncle Fumetti.

Alors les amis !!! Vous le savez tous Pif a fait son retour dans les kiosques. Cela rappelle à beaucoup d'entre vous l'époque où la rentrée scolaire était le 15 septembre et le jeudi jour de repos hebdomadaire. Eh oui ce sont les quinquas et plus qui ont eu une coup de nostalgie en juin. Mais que penser de cet opus du XXIe siècle !!!

Cela ressemble à Pif et c'est Pif. On y retrouve le papier typique. On y retrouve les jeux, les rubriques qui furent copiées ensuite par les amis. Le format aussi. On voit que c'est toujours le parti communiste qui est derrière et qui ne se cache pas d'ailleurs. Les vieux sont là. Kamb avec Couik l'Oiseau Préhisto, Rahan et Chéret. Horace le cow boy par Poirier. Et le magnifique Corto Maltese avec le retour via une histoire connue mais magique ; Le Secret de Tristan Bantam.Il manque juste le Gadget. C'est vrai que cela fait défaut. Toutefois on y gagne au nombre de pages. Pas au prix mais cela doit être la faute à l'Euro et à l'inflation. Bref, faites vous plaisir. Cela fait du bien de retomber en adolescence et de retrouver nos vieux héros ; Pif, Hercule sans oublier Placid et Muzo.Y a pas de mal !!!! En plus c'est supervisé par François Corteggiani alors nous sommes entre de bonnes mains. Bonne lecture.

Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 06:55
Meurtre au Mont-Saint- Michel de Jean Blaise Djian et Marie Jaffredo chez Glénat.

Le synopsis de Glénat :

Automne 1936. Un soir, alors que et la brume vient de tomber sur le Mont-Saint-Michel, la petite Lucie est témoin d’un meurtre ! Terrorisée, la fillette a un geste de recul qui trahit sa présence et, aussitôt, se retrouve prise en chasse par le meurtrier. Dès l’aube, tous les habitants se mettent à fouiller la baie et le Mont à la recherche de Lucie, portée disparue, mais c’est le corps sans vie de la bonne du curé qui est retrouvé ! La panique est d’autant plus grande que depuis quelques jours, un mystérieux inconnu hante le site. Dans une atmosphère étouffante, tout le monde en vient à se méfier de tout le monde. Et pour couronner le tout, les gendarmes de Pontorson, la commune de la baie, sont retenus ailleurs... »

Le Mont-Saint-Michel est un endroit particulier ; pas forcément étendu mais très tourmenté par ses petites ruelles sinueuses et qui semblent ne jamais finir. Il l'est aussi par sa forme et C'est un lieu chargé de mysticisme et plein de mystères. Il est logique qu'un scénariste l'utilise pour y faire vivre une enquête policière. Jean-Blaise Djian nous propose une histoire intéressante. On se prend au jeu et on suit les méandres de l'histoire tourmentée autant que le sont les petites rues du Mont. Le dessin agréable de Marie Jaffredo rend hommage à ce lieu chargé d'histoires. Les physionomies sont travaillées. C'est plaisant à lire et à regarder. Jolie collaboration. L'album sort aujourd'hui.

Jean-Blaise Djian est né en région parisienne. Il est maintenant normand. Il apprend les codes de la Bande Dessinée fin des années 80 avec un technicien nommé Loisel.Jean-Blaise Djian s’est imposé comme un scénariste reconnu et incontournable dans la BD. Il crée des univers oniriques. Il est notamment le scénariste du Maître du Hasard, des deux premiers tomes du western Fleurs Carnivores chez Soleil, et de Julia von Kleist, Le Service au éditions Emmanuel Proust.

Marie Jaffredo est auteur de BD ; dessin et scénario et illustratrice. Elle est passée de l’urbanisme au dessin en 2001 avec l’envie de raconter des histoires. En 2004 débute l’aventure des Démons de Marie, une série signée chez Carabas avec Michael Le Galli au scénario. Une histoire forte et sombre. Elle a aussi des envies d'écritures. En 2008 elle scénarise et dessine Et si… un one-shot publié chez Vent d’Ouest. En 2010 sort un polar de belle facture ; un diptyque médiéval et sanglant au nom évocateur, le Sang des Bâtisseurs (publié chez Vents d’Ouest, scénario de Michael Le Galli). En 2014 sort les Damnés de Paris, un roman graphique évoquant le Paris de la fin du XIXe siècle et mettant en scène 3 destins (publié chez Vents d’Ouest, scénario de Michael Le Galli). La voici chez Glénat avec ce projet qui est une coédition Glénat/les éditions du Patrimoine.

Meurtre au Mont-Saint- Michel de Jean Blaise Djian et Marie Jaffredo chez Glénat.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 06:55
Les légendes de la Bande Dessinée par Oncle Fumetti...Captain Marvel et Gene Colan.

Mar-Vell était un capitaine de l'armée impériale Kree. Il est envoyé par son empire sur la Terre comme espion.. Il enquête sur le niveau de développement technologique des terriens. Il décide de désobéir aux ordres de ses supérieurs Yon Rogg et Ronan dit l'Accusateur. Il est condamné pour désobéissance par l'autorité suprême Kree et banni dans la Zone négative. Il parvint à s'en échapper grâce à des bracelets qui lui donnaient des pouvoirs. Pendant un temps, il partagea une connexion avec Rick Jones, avec lequel il pouvait échanger ses atomes au moyen des bracelets qui les reliaient. Il se trouva au centre du conflit entre les empires spatiaux Kree et Skrulll. Son ennemi principal fut Thanos. Mar-Vell est mort d'un cancer. Il eut deux apparences que nous montrons avec le visuel ci-dessous et deux costumes.

Gene Colan, né à New York le 1er septembre 1926 et il meurt le 23 juin 2011. C' est un dessinateur de l'âge d'or des Comics. Il laisse une impression incroyable dans le monde des comics. Iest associé à la création de bon nombre de personnages majeurs de cet Art ; Daredevil, Batman, Captain America, Dracula, Iron Man, Captain Marvel I, Howard the Duck, Wonder Woman, Sub-Mariner et beaucoup d'autres. Il innove et impose son style. Il est à l'origine de l'usage novateur des finished pencils comme style de dessin. C'est le rare artiste aujourd'hui dont le travail soit souvent édité directement à partir de ses propres crayonnés.

Les légendes de la Bande Dessinée par Oncle Fumetti...Captain Marvel et Gene Colan.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 06:55

Un très beau travail d'encrage au pinceau n°2 par José Wilson Magalhães, un artiste Disney et DC sur une base de Ed Benes. 12 minutes de plaisir. Coupez le son c'est bien sans.

Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 06:55
La page érotique d'Oncle Fumetti...Songes de Terry Dodson.

L'été sera chaud. D'ailleurs il l'est déjà se dit le Vieil Oncle. Il referme l'intégrale de Songes le livre de Filippi et Dodson. Mais que la belle Coraline le fait rêver. Il soupire. Oui dans la série des héroînes sexies de la Bande Dessinée la charmante Coraline a une place de choix. Le jour, elle tient le rôle de dame de compagnie d'un jeune et bien étrange garçon. Un inventeur de génie malgré son jeune âge. Elle peine à le distraire tant il est obsédé par ses livres et ses expériences. La nuit, la charmante devient l'héroïne prétendument malgré elle d'aventures oniriques mais délicieusement érotiques. Alors ses rêves se révèlent aussi coquins qu'agités. Ce personnage est pulpeux en diable, et nous fait vivre des histoires qui mêlent mystère, humour et sensualité, dans une ambiance rétro-futuriste légèrement steampunk et délicatement surannée.

Terry Dodson est américain. Il se fait connaître dès 1993 en créant le personnage de Manhra avec Mike W. Barr, pour Marvel Comic's Ultraverse. En 1996, il crée la série Storm, composée de quatre histoires, autour du personnage d'X-Men du même nom, écrite par Warren Ellis et publiée chez Marvel Comics. En1998, il devient un dessinateur régulier de Generation X, chez Marvel. Il suivra la série jusqu'en 2000 (ce qui correspond aux numéros 38 à 60). En 2000, il passe de Marcel à DC Comics pour le personnage Harley Quinn. En 2002, retour chez Marvel pour dessiner Spider-Man/Black Cat: The Evil that Men do. Il travaille ensuite avec Delcourt sur un projet autour de Star Wars. Vient par la suite le projet « Songes » chez Les Humanïdes Associés.

Il est un dessinateur qui sait mettre avec un talent certain les formes féminines en valeur. On l'en remerciera jamais assez.

La page érotique d'Oncle Fumetti...Songes de Terry Dodson.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 06:55
Alvin -L'héritage d'Abelard de Renaud Dillies et Régis Hautière chez Dargaud.

Le synopsis de Dargaud :

«Régis Hautière et Renaud Dillies signent la suite d'Abélard avec le nouveau diptyque Alvin. Son ami disparu, l'ours mal léché Gaston traîne son désespoir à New York. Mais rien à faire ! Son karma doit être d'aider les petits êtres aux mille questions ! Alvin, un jeune orphelin revêche, profitera de sa belle âme. Les voilà sur les routes, accompagnés, pour ne rien arranger, d'un prédicateur fou ! Poésie, dialogues truculents et virtuosité graphique se mêlent pour une très belle ode à la différence et à l'entraide. »

Si vous avez envie de vous chouchouter les yeux, le cœur et l'âme vous pouvez foncer acheter l'album 1 du nouveau dyptique de Dillies et Hautière. Les deux font la paire. Le dessin de Dillies est simple mais c'est juste une impression. Cela semble enfantin dans le style mais c'est juste une impression. C'est travaillé et très beau. Le scénario de Hautière se lit avec plaisir. C'est la suite de la mini-série sur Abelard. Gaston prend le premier rôle. Il devient le protecteur au grand cœur d'un jeune orphelin. C'est tendre et touchant. C'est une vraie humanité. C'est aussi drôle et bien dialogué. Bref, un des livres de l'été. Cours-y vite. Il peut aller à la plage aussi celui-là.

Renaud Dillies est né à Lille en 1972. ; Un jour, il passe la frontière franco-belge et s'inscrit, en humanités, en graphisme et arts décoratifs à Saint-Luc, à Tournai. Puis, il étudie l'illustration à l'Académie des Beaux-Arts de Tournai. Un peu plus tard il remporte le Prix du Meilleur Premier Album à Angoulême avec « Betty Blues » (éditions Paquet). Il publie par la suite « Sumato », « Mister Plumb » et « Mélodie du Crépuscule ». « Bulles et nacelle » est sa première collaboration avec Dargaud. Suivra la série Abélard et le on-shot Saveur coco. En 2015, Renaud Dillies raconte les aventures de Gaston, le compagnon de route d'Abélard.

Régis Hautière est né en 1969. Il a signé plusieurs albums : "Le Dernier Envol" (Prix « Décoincez la bulle » à Angoulême), "Au-delà des nuages" (meilleure bande dessinée aéronautique au festival du Bourget) et "L'étrange affaire des corps sans vie" (meilleur album aux festivals de Moulins et d'Olonne-sur-Mer). Il est prolifique. Il travaille à une dizaine de séries chez différents éditeurs. Le magnifique dyptique "La danse des petits papiers" et "Une brève histoire de poussière et de cendre" est dessiné par Renaud Dilliès. Il raconte les aventures d'Abélard. En 2015, le duo revient avec les aventures de Gaston, le compagnon de route d'Abélard...

Alvin -L'héritage d'Abelard de Renaud Dillies et Régis Hautière chez Dargaud.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 06:55
220 volts de Sylvain Escallon chez Sarbacane

le synopsis de Sarbacane :

«Les histoires d’amour finissent mal, en général. Ramon Hill est un écrivain à succès. Mais depuis plusieurs mois, rien. Panne sèche. Son roman est en retard, la page reste blanche et avec sa femme, le courant ne passe plus. Margot prétend qu’un séjour en montagne, dans le chalet familial, leur ferait le plus grand bien. Le bon air, dit-on, régénère les corps fatigués et apaise les esprits anxieux.Mais l’isolement devient parfois une prison et l’autre, une menace… »

Sylvain Escallon s'installe tout en douceur dans le monde de la BD. Ce jeune montpellierain trouve son rythme de croisière. Il nous propose un nouvel album en noir et blanc. Cette fois-ci c'est un thriller assez intéressant qu'il nous offre. C'est assez librement inspiré de Stanley Kubrick et de son Shining. Il a des ressemblances même si ce n'est pas une copier/coller. Sylvain Escallon malgré son jeune age s'est bien utilisé le noir et blanc, les aplats etc.... Ce travail élégant allié à une histoire intéressante nous donne un travail d'un très bon niveau. Il est sorti en mai donc allez vite l'acheter. Il n'y aura pas forcément des réassorts dans votre librairie favorite.

Sylvain Escallon est montpelliérain. Il est né en 1990. Il est illustrateur et dessinateur. En 2011, il obtient le diplôme du Cycle Professionnel Illustration de l’Ipesaa et remporte le premier prix du concours de BD Jeunes talents organisé pour la Comédie du Livre de Montpellier. Ce livre est le second après « Les zombies n' existent pas ».

220 volts de Sylvain Escallon chez Sarbacane
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 06:55

Toujours un plaisir de retrouver ces deux créateurs... Goscinny est pétillant. C'est intéressant qui plus est... Bon visionnage

Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 06:55
Interview de Wandrille Leroy, éditeur chez Warum Editions.

Warum Editions nous propose une intégrale de Vater und Sohn (Père et fils) de Erich Ochser. C’est l’occasion pour Oncle Fumetti de faire connaissance avec eux ou plutôt lui… Wandrille Leroy l’éditeur…

Bonjour Wandrille, présentez- nous votre maison d’édition ? Quelle est sa ligne éditoriale ? Quel est son objectif ?

Warum a été fondée en 2004 par deux auteurs, Benoit Preteseille et moi- même, Wandrille, dans l’objectif avoué de se faire repérer comme auteur et de fermer boutique une fois nos carrières lancées… Mais ça n’a pas fonctionné comme prévu.

La ligne éditoriale au départ était drastique puisque ça devait plaire à Benoit et moi… qui sommes aux antipodes des goûts, Benoit très arty, fanzine et pointu, moi plus rigolard et branché par l’absurde et les créations électroniques (blog et caetera). On s’est influencé l’un l’autre, puis Benoit est parti, et moi, je tente de garder cet esprit- là…En tout cas un esprit d’ouverture qui évite de faire de la bd à papa. Ou alors de la bd de très jeune papa.

Pourquoi Warum ? C’est allemand mais qu’est ce qui fait que l’on nomme sa maison d’édition ainsi ?

Au départ on cherchait un nom cool mais pas sexy… et quoi de moins sexy pour les français que l’Allemand ?

Non, sérieusement, on était germanophile, la consonance « varoum » nous plaisait (d’ailleurs on a fait Vraoum un autre label par la suite) et puis poser une question « pourquoi » en allemand, c’était une façon de venir avec nos envies et nos réponses. Pourquoi Warum ? Pourquoi pas, et pour être tout à fait honnête, ma métallo personnelle s’accommode assez bien du fait que Warum commence par un W comme Wandrille.

Combien avez-vous de livres au catalogue et quelles sont vos pépites et vos auteurs-fétiches ?

Entre Warum et Vraoum (l’autre label plus grand public mais pas trop) on doit bien être à 130 titres au bas mot. On a beaucoup de jeunes auteurs qui font leur premier livre chez nous, parfois ils ne font plus rien, parfois ils se font débaucher par les grands éditeurs… parfois ils restent.

Nos auteurs marquants sont Aude Picault qui a fait ses premiers livres chez nous, les MOI JE, qui furent notre premier succès, Sylvain Mazas dont le livre au titre à rallonge Ce livre devrait me permettre… est aussi un très beau succès de librairie, Bastien Vives qui a signé son premier en solo seul sous ce nom (après les Pougny La Racaille édité sous le nom de Bastien Chanmax), mais aussi Gad, Pochep, Monsieur Le Chien, Bob, Loic Secheresse…

Depuis peu on travaille avec des auteurs étrangers, dont Rob Davis dont nous allons aussi éditer le prochain roman graphique après son Don Quichotte… un truc incroyable, et puis John Kenn Mortensen dont on continue de publier les superbes et effrayants MONSTRES PENSE-BETE

Venons-en à Vater und Sohn. Qu’est ce qui décident un jeune éditeur à rééditer ce livre quasi-inconnu en France et qui sauf surprise ne fera pas un succès de librairie ? N’est-ce pas un risque financier ? Est-ce une envie d’avoir à son catalogue une œuvre à part ?

Ma foi, c’est l’enthousiasme. Si je voulais faire des projets sans risques, on aurait commencé par de l’héroïc fantasy, puis de la SF, puis des livres sur la bouffe, puis sur le vin… en ce moment, on ferait des biopics sur des artistes, comme tout le monde… Je ne crois pas qu’un éditeur ait vocation à avoir à son catalogue une oeuvre à part, la véritable oeuvre de l’éditeur c’est l’ensemble du catalogue. Pour moi Vater Und Sohn s’intègre dans ce qu’on a fait avant : le Fronlinien de David Möhring et Phillip Rieseberg

D’où vous vient la connaissance de cette œuvre ?

Je dessine et écris moi- même du strip, et, comme tout auteur passionné de son médium, j’ai cherché ce que mes prédécesseurs avaient fait, on tombe alors vite sur quelques strips de eo plauen, mais jamais grand-chose. Mais c’est marquant. Puis j’ai vécu 4 ans à Berlin, j’en suis rentré il y a un an et demie, et là, je suis tombé sur beaucoup d’édition de Vater und Sohn et c’est là que j’ai commencé à rêver à faire ce recueil.

Est-ce qu’il a été facile d’obtenir les droits de publication ?

Vu que l’oeuvre est tombée cette année dans le domaine public, c’était chose facile : il suffit de scanner un livre et hop n’importe qui peut faire ce livre. En revanche, j’ai tenu à acheter les documents à l’éditeur originel (contre une clause d’exclusivité hein) et là j’ai eu un gros gros travail de mise en page et de « redessin ».

Qu’est- ce qui vous fait penser que les français vont accrocher ?

Parce que c’est du pur génie, ça n’a rien « d’allemand » dans l’esprit. C’est intemporel et nullement géographique, tout le monde se retrouve, ce n’est même pas daté « générationnellement ». Et graphiquement, c’est d’une modernité folle.
Vous qui êtes dessinateur, qu’est- ce que vous inspire le style de Erich Ohser ?

Ca m’évoque tellement d’auteurs : Windsor McKay, Hergé (pour le père) Franquin (pour le fils), Roba ou Goscinny pour l’humour familial et copain et Fred pour l’humour Absurde…

Actuellement, je pense que Benjamin Renner produit des choses qui ressemble en terme de douceur et d’esprit.

Interview de Wandrille Leroy, éditeur chez Warum Editions.

Quels sont les objectifs de votre maison ? Grandir doucement ? Assurer la publication de vos travaux ? Concurrencer Dargaud ou Delcourt ?

Voir Venise et mourir. Euh non !!! Non, disons que l’idée c’est de commencer à toucher suffisamment de gens pour pouvoir faire connaître les auteurs qu’on suit chez Warum (et Vraoum) donc pas de marcher sur les plates- bandes des Dargaud et Delcourt, mais, en revanche, arrêter de nous faire piquer nos auteurs par ces gens- là dès qu’on a fait le boulot de révéler leur talent.

Quelles seront vos prochaines sorties ?

Chez Warum nous sortions à la rentrée le livre 2 de Don Quichotte, la suite (et fin) de l’adaptation magistrale de Rob Davis, auteur de Comics connu pour avoir dessiné du Judge Dredd et du Dardevil. Il y aura aussi un carnet de voyage en bd hyper drôle et intéressant par Lenaïc Villain ; Bons baisers d’Iran, un recueil de dessins d’humour par le dessinateur de presse Klub qui parle de l’art contemporain et qui s’appellera L’art n’a qu’à bien se tenir (ou l’art naque).

Une variation géniale sur un thème classique Corbeau versus Renard avec Unter au dessin (pur génie) et des scénarios délirant de l’animateur Duanra

Chez Vraoum on sortira cet été les Patates Chaudes un recueil de strips déjantés à base de photo de tubercules, à la rentrée on devrait avoir Papa pas prêt qui raconte les 9 derniers mois d’un jeune con en passe de devenir père.

Puis une autobiographie délirante de Allan Barte qui s’appellera Allan Barte contre les Zombies.

Et puis le second recueil de mes héros sur Canapé qu’on peut suivre en ligne sur le tumblr http://herossurcanape.tumblr.com/ . Avec tout plein de gens très forts au dessin (Guillaume long, Julie Gore, Pochep, Gilles Rochier, Fabcaro…). Et puis plus tard, un reportage de Samuel Figuiere sur des chevriers (La voie du Chevrier) et plein d’autres petites merveilles…

En voilà un futur bien rempli. Merci et à bientôt Wandrille.

Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article