Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 06:55
Egg de Aurélien Maury et Gilbert Pinos chez Tanibis.

Le synopsis de Tanibis :

«Mis au placard par une société qu'il ne comprend plus, Zak Thunder, héros de l'espace au passé glorieux, ronge son frein à bord de son vaisseau quand un mystérieux signal en provenance d'une planète inconnue vient rompre la monotonie de sa retraite.Tel un Flash Gordon sous amphétamines, Zak fonce tête baissée dans l'aventure bravant tous les dangers malgré les incessantes mises en garde de son robot personnel Nestor. Zak va se retrouver confronté au pire, l'écosystème de la planète malmenant sa virilité au plus haut point... »

C'est couillu si vous voulez passer l'expression au Vieux Fumetti. On croirait qu'Alex Raymond est revenu d'entre les morts et nous reserre son antique héros en le mettant au goût du jour. Loin de nous de parler de plagiat ou de récup mais on ne peut pas ne pas y penser. Ce Zak c'est le clone moderne du bon vieux Flash. C'est une bonne BD qui se la joue série B. Le héros est intéressant. Le graphisme est moderne. C'est la ligne claire revisitée. Planches simplissimes mais élégantes. Quelques cases ; 1, 2 à 4 et toc !! on raconte une histoire. Ajouter que la colorisation est tonique mais bien vue. Un encrage qui met en exergue les traits et le décor. Bref c'est excellent. Le Vieil Oncle a aimé. C'est un 10 par 13 de 88 pages avec une couverture cartonnée. Le prix est raissonnable en plus. Cours-y vite !!..On vous met un lien pour vous aider !!!!!

Aurélien Maury est né en 1973. Il a étudié le cinéma à l'Université Lyon 2. Il a participé à la création des éditions Tanibis. Il est aussi graphiste freelance et donc auteur-dessinateur de bande dessinée.

Gilbert Pinos est ...On sait pas qui c'est ??? Le scénariste du livre.

Repost 0
Published by Oncle Fumetti
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 06:55
Murderabilia de Alvaro Ortiz chez Rackham.

Le synopsis de Rackham :

« Le jeune Malmö Rodríguez a vite abandonné ses études, habite avec des parents qu’il déteste, est sans emploi mais ne cherche pas du travail. Il voudrait être écrivain, mais il n’écrit presque jamais. Tout ce qu’il possède ce sont deux chats noirs, héritage d’un oncle qui vient d’être terrassé par un infarctus. À première vue, on les prendrait pour des chats quelconques, mais un étrange personnage est disposé à les acheter en échange d’une coquette somme d’argent. Malmö accepte le marché, saute sur un bus et part livrer les chats au mystérieux acheteur, sans se douter que cette rencontre va changer sa vie pour toujours. »

Certaines personnes vouent à des objets, les Murderabilia une vénération qui peut procéder d'une pensée magique qui leur attribue des pouvoirs ou leur évoquer des associations positives en les transportant dans un univers mental désirable, alors qu'ils devraient plutôt provoquer de l'aversion..C'est ce que nous indique wikipedia pour ce terme. Ce préambule lance assez bien la chronique du Vieux. C'est une histoire à part et c'est ce que nous cherchons tous. Du neuf. Rackham sait faire. C'est vrai les Maisons d'Editions plus modestes savent prendre des risques. Il faut produire des nouveautés et des artistes nouveaux. Alvaro Ortiz en est. On le connait peu. Il a une bibliographie encore courte mais il nous propose un style singulier. C'est travaillé et même fouillé. On reconnaît la patte des ibères. Ils sont plusieurs à être nombreux à posséder ce sens du dessin. L'école espagnole du dessin est excellente. En tout cas il crée son propre univers. Il dessine et scénarise. Bien lui en a pris. Le Vieux Fumetti a beaucoup aimé. A découvrir absolument.

Alvaro Ortiz est né en 1983. Il a étudié le graphisme à l'Ecole Supérieure de l'Aragone et l'illustration à l'Escola Massana de Barcelone.En 2003, il a remporté un concours de BD Injuve et collabore à la couverture de l'album Red collective. En 2005 il travaille sur un chantier naval avant de faire des illustrations pour El Heraldo de Aragon. En 2010, il remporte la bourse AlhóndigaKomik qui lui permet de rester pendant un an à la Maison des Auteurs à Angoulême. Le voici chez Rackham.

Murderabilia de Alvaro Ortiz chez Rackham.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 06:55
Les bonnes lectures d'Oncle Fumetti... Farniente de Lewis Trondheim et Dominique Hérody chez L'Association.

Farniente, c'est l'histoire d'un couple, jeune même si on ne cerne pas trop leurs âges. Fille et garçon. Ils sont en vacances et se posent une multitude de questions. Tantôt métaphysiques. Tantôt drôles. Tantôt nostalgiques. Tout y passe. Ce sont des petites tranches de vie. Une page par historiettes, par planches en six cases.Ce sont des petites réflexions futiles qu'on se pose quand on a rien d'autre à faire. On peut se reconnaître en eux. Oncle Fumetti s'est reconnu quand il regarde les gens passer à la terrasse de son rade favori. En tout cas, encore une collaboration inattendue ! Lewis Trondheim, qu'on ne présente pas et Dominique Hérody, professeur à l'Ecole d'Art d'Angoulême conjuguent leurs talents dans ce 27ème livre de la collection « Mimolette » chère à Matt Konture. Le dessin est élégant esthétiquement. Des petites aquarelles. Hérody a un vrai talent. Quand aux scénarios de Lewis Trondheim, ils se situent dans sa veine la plus quotidienne, à savoir les échanges ordinaires d'un couple en vacances. L'apparente banalité, rarement innocente et parfois féroce, de ces journées pleines de vacuité et peuplées de rien. La sensualité du dessin d'Hérody, fait de Farniente un livre à lire aussi bien en situation exacte (dans le sable) qu'en période normale. Il est sorti en 2002. Donc cherchez, fouillez... Le jeu en vaut la chandelle.

Farniente dans sa version anglaise :"Exactly the same".

Farniente dans sa version anglaise :"Exactly the same".

Repost 0
Published by Oncle Fumetti
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 06:55

Aujourd'hui le géantissime Hugo Pratt et le non moins célèbre Jean-Claude Forest, 13 mns de plaisir. www.ina.fr

Repost 0
Published by Oncle Fumetti
9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 06:55
La Ribambelle en Ecosse de Roba et Vicq chez Dupuis.

Le synopsis de Dupuis :

« Le chardon d'or, emblème de la famille Mc Dingelling a été dérobé par le clan rival, les Mc Klangbang. La Ribambelle décide d'accompagner Archibald qui part en Ecosse rejoindre son oncle. Nos héros se retrouvent rapidement au milieu de la lutte qui oppose les deux clans. »

Dupuis fait tourner son patrimoine éditorial en rééditant sous une forme soignée une aventure de la Ribambelle. Le prétexte est de proposer, sous le nom de l'ancienne maison d'édition Niffle, une histoire de ce groupe de jeunes parue au moment de l'âge d'or de la BD franco-belge. L'année de parution initiale est différente suivant les spécialistes. Dupuis nous parle de 1963 alors que d'autres puristes de 1966. Sûrement une histoire de publications en épisode et dans un deuxième temps sous album. Pour ceux qui ne connaissent pas il s'agit de jeunes enfants sûrement des ados qui sont six ; on trouve le chef Phil un blondinet sympa et sérieux, Grenadine la fille, Archibald un jeune écossais, Dizzy le jeune black tonique et dynamique enfin viennent Atchi et Atcha deux jeunes japonais champion de judo. Ils vivent des aventures un peu partout. Les voici présentés et reproposés aux collectionneurs et aux jeunes lecteurs. C'est sympa et drôle à relire même pour le Vieux Fumetti. A noter que le dessinateur est Roba que tout le monde connait pour avoir créé et dessiné Boule et Bill et le scénateur est Vicq. Sympa à relire et intéressant pour les fans de Roba et de cette série arrêtée.

Jean Roba est un auteur de bande dessinée né le 28 juillet 1930 à Schaerbeck dans la région de Bruxelles. Il y est mort en 2006. Il crée Boule et Bill en 1959. Il travaille avec Franquin sur Spirou et Fantasio. Il a été un pilier de l'hebdomadaire Spirou.

Vicq de son vrai nom Antoine Raymond est un scénariste. Il est né en 1936 et est disparu en 1987. On lui doit des scénarios de Lucky Luke, Le vieux Nick ou même Gaston Lagaffe.

La Ribambelle en Ecosse de Roba et Vicq chez Dupuis.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 06:55
Le jour le plus long du futur de Lucas Varela chez Delcourt.

Le synopsis de Delcourt :

« Dans une ville futuriste, un robot et un employé de bureau sans histoire vont voir leur existence chamboulée par l'arrivée d'un étranger portant une mystérieuse valise. Cette dernière donne accès à une étonnante pièce permettant la matérialisation des désirs inconscients. Des désirs qui peuvent être tendres, absurdes ou monstrueux. Et qui bouleverseront à jamais la vie de la ville et de ses habitants. »

C'est un travail graphique très singulier que nous propose Lucas Varela. Son dessin est simple mais tout cela n'est qu' apparence tant c'est sophistiqué et travaillé. Déjà le découpage des planches par huit et la taille des cases rigoureusement identiques donnent un style rigoriste particulier. En outre cela ne permet que peu les effets dans la dramaturgie. C'est un parti pris technique difficile. Pourtant le récit est cohérent et maintient l'attention du lecteur. La colorisation très « enfantine » peut dérouter mais cela donne une touche très glacée pas inintéressante à cette histoire de science fiction. L'absence de bulles et donc de dialogues ou de rajouts de narration obligent le lecteur à suivre le récit et les planches avec attention. C'est un vrai exercice de style. Les personnages sont attachants. On pourrait les croire sorti du 5ème élément de Luc Besson. C'est intéressant stylistiquement parlant et riche. On prend du plaisir à suivre cette histoire et ce récit. Varela est un artiste novateur. On avait déjà pu connaître et apprécier son Paola Pinocchio et Diagnostics. On attend la suite de ses créations avec impatience. Ce livre est sorti.

Lucas Varela est né à Buenos Aires en 1971. Il fait des études de graphisme à l'Université de sa ville. Il travaille pour un quotidien. Ce travail sera récompensé par la Society of News Design. Il se consacre pleinement à la bande dessinée et l’illustration depuis 2002. Parallèlement, son œuvre plastique est exposée dans les galeries Casa L’inc, Turbo Galería, El Serpa et le Centro Cultural Recoleta. Il travaille régulièrement pour l’agence anglaise Dutch Uncle et la revue mensuelle Fierro. Accueilli quatre mois en résidence en 2011 avec le scénariste Diego Agrimbau pour la bande dessinée Diagnotics, il s’installe aujourd’hui à Angoulême pour réaliser Le Jour le plus long du futur. Nous y voilà.

Le jour le plus long du futur de Lucas Varela chez Delcourt.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 06:55
Les fleurs du Mal de Charles Baudelaire et Liberatore chez Glénat.

Le synopsis de Glénat :

« Le 25 juin 1857, la publication des Fleurs du mal fait l’effet d’une bombe. Ce recueil de poésie signé Charles Baudelaire offusque autant qu’il fascine. L’auteur y puise son inspiration dans la mort, la déchéance, le sang, la drogue ; autant de sujets pour le moins... non conventionnels. Son style, son utilisation esthétique du langage, la diversité et la singularité des thèmes abordés et le regard sans concessions qu’il porte sur la société le feront entrer au panthéon des écrivains : lus, relus et étudiés. Son œuvre a marqué la poésie et la littérature comme jamais, inspirant des générations de grands auteurs après lui....».

Difficile d'illustrer une œuvre majeure comme celle de Baudelaire. Beaucoup auront pensé le faire. Beaucoup s'y seront essayés. Peu auront réussi tant l'oeuvre est transgressive et complexe. Arriver à lier talent graphique, audace et créativité ne sont pas l'apanage de chacun. Liberatore a le talent. Il a aussi «le coffre » pour proposer un travail cohérent sur autant de poèmes. Le brio entrainant le brio, il se met au niveau et nous propose avec Glénat un travail à la fois intéressant par la créativité qui s'en dégage et la beauté crue du dessin. Le livre éclate à chaque page et est d'une extrême puissance. On tourne les pages et on découvre et l'on découvre les textes éclairés et osons le dire complétés par les travaux de Liberatore. En résumé un magnifique travail. A découvrir absolument. Il a déjà une superbe place dans la bibliothèque du Vieux. Vous pouvez aller découvrir son travail dans la galérie Glénat du 6 au 30 mai.

Tanino Liberatore est né en Italie en 1953. En 1981 il publie le premier épisode deco Ranx qui reste de loin la plus célèbre de ses créations. Il travaille aussi pour le cinéma.En 2007, cet auteur rare signe avec Patrick Norbert un album intitulé Lucy, l’espoir, entièrement réalisé à l'ordinateur. En 2011 paraissent chez Drugstore deux beaux livres : Les Onze Mille Verges (d’après le célèbre texte pornographique de Guillaume Apollinaire) et Les Femmes.

Charles-Pierre Baudelaire est un poète français, né à Paris le 9 avril 1821. Il y est mort en 1867 à 46 ans. «Dante d'une époque déchue » selon le mot de Barbey d'Aurevilly, nourri de romantisme, tourné vers le classicisme à la croisée entre le Parnasse et le Symbolisme, chantre de la « Modernité », il occupe une place considérable parmi les poètes français pour un recueil certes bref mais qu'il aura façonné sa vie durant : Les Fleurs du Mal.

Les fleurs du Mal de Charles Baudelaire et Liberatore chez Glénat.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 06:55

Ce dimanche trois légendes. Imaginez le truc !!! Burne Hogarth, John Buscema et Philippe Druillet. A consommer sans modération. Merci à l'INA. www.ina.fr

Repost 0
Published by Oncle Fumetti
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 06:55
Paroles de BD... André Franquin.

« ... Je suis content d'avoir réalisé les Idées Noires , ça m'a bien amusé. C'est très long à dessiner parce que je travaillais au Rotring et que c'était très minutieux. J'ai encore des idées noires dans la tête, de celles qui n'ont pas servi. Je peux vous en trouver pas mal pour demain. Mais je n'en ferai plus parce que je crois que les pessimistes ont toujours raison surtout quand ils se taisent... ». Tiré d'une interview de 1993 faite par Auracam.

Franquin naît en 1924 à Etterbeek en Belgique.Tout d'abord un trait et un style très identifiable. André Franquin a été aussi un mentor pour beaucoup de jeunes dessinateurs qu'il conseilla et encouragea. On parle ici de Jidéhem, Roba...Il aura mis le pied à l'étrier à bon nombre de créateurs directement ou non. Les personnages qui nous laissent sont incroyablement différents et aussi riches. Il est traduit en 24 langues dont le chinois et l'indonésien. Preuve s'il en fallait de l'importance du Maître. Il nous quitte en 1997 à Saint Laurent du Var.

Repost 0
Published by Oncle Fumetti
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 06:55
La grotte Chauvet, première Bande Dessinée ?

La grotte Chauvet fait partie des expressions artistiques de l'être humain les plus anciennes. Les dessins sont datés de 31 000 années environ avant Jésus Christ. Il y est représenté des animaux en grand nombre. Des lions, des ours, des mammouths notamment. Il est paraît-il représenté aussi, sur un bout de roche, un couple mi-humain mi-animal : l'homme a la jambe et un bras humains mais une tête de bison, et la femme, humaine en bas, se termine en haut par une lionne. Entre les deux jambes se trouve un triangle pubien avec une vulve. On trouve également la représentation de couples d'animaux. Plus surprenant, on découvre un couple de lions en caresses, un autre cheminant ensemble, et la joute amoureuse de deux rhinocéros. Les artistes ont gravé une scène de chasse figurant deux lions et un bison. L'un des félins, la tête posée sur celle du bison, y semble en pleine prédation. Une autre technique graphique utilisée à Chauvet est la superposition d'images similaires, générant l'illusion du mouvement de l'animal. Si on veut bien y penser, il s'agit là de dessins qui visiblement racontent des histoires. Si on veut aller plus loin n'est-ce pas la première Bande Dessinée ? Oncle Fumetti n'est pas le seul à penser cela. Si on veut bien accepter cette idée, la Bande Dessinée serait un Art Premier et donc peut-être le 1er Art et non le 9 ème. Je vous renvoie à l'excellent article paru ce mois dans Sciences et Avenir auquel a participé Troubs. Il décrypte pour nous les dessins rupestres et il fait le lien avec les dessins de BD. C'est passionnant. Aidans, Chéret et Haussmann auraient eu un ancêtre. Enorme !!!

La grotte Chauvet, première Bande Dessinée ?
Repost 0
Published by Oncle Fumetti