Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 08:00
Va'a de Benjamin Flao et Troub's chez Futuropolis.

Le synopsis de Futuropolis :

«Une histoire de copains d’abord et de radeau sans frontière (et sans méduse) L’archipel des Tuamotu, en Polynésie française, entre l’eau et le vent. De leur séjour dans le pays des «îles du large», Benjamin Flao et Troubs ont ramené un album de voyage à quatre mains. «Peindre, manger, dormir, fumer, nettoyer la cocoteraie, pêcher lorsqu’on a faim ou ne rien foutre pendant des heures. Comme ce clebs vautré sur le sable. Heureux de son sort.»

Il y a un retour en grâce du carnet de voyage. Cela se fait pas mal en ce moment. Certains vont au Pérou. Troub's et Flao eux, ils nous en proposent un des Tuamotu. Il y a pire comme endroit. En plus un carnet de ces deux-là c'est forcément atypique. Ils sont créatifs et ont de l'expérience. Bref ils nous présentent une œuvre riche et colorée sur des paysages que l'on ne verra sans doute jamais en vrai. C'est un joli moment à passer à tourner des pages dans la grisaille et les premières averses de novembre. Ne vous attendez pas à un traité ethnologique quand même. C'est du Flao et du Troub's. Benjamin Flao est souvent avec Dabitch mais pas là. Il faut bien se renouveler et les amitiés multiples permettent de s'enrichir. Quand elles sont en même temps artistique c'est pour le plaisir de tous. C'est joli et poétique. Ne vous en privez pas. C'est sorti chez Futuropolis. Cela ne pouvait être que chez eux.

Troub’s est né en 1969, à Pessac. Il a fait des études aux beaux-arts de Toulouse, puis d'Angoulême. Il vit en Dordogne, et, est devenu dessinateur et voyageur. Ses voyages en Chine, en Australie ou à Madagascar ont donné l’objet de plusieurs livres d’illustration ou de bande dessinée. Dessinateur contemplatif, amoureux de la nature et des animaux, il a également consacré un livre aux vaches. Il est passé par les Tuamotu.

Benjamin Flao est breton et est né en 1975. Dès 14 ans, il s'inscrit à l'école Saint Luc de Tournai. Il rejoint ensuite l'école de graphisme publicitaire de sa ville de naissance, Nantes. En 2002, il publie un premier carnet de voyage « Carnet de Sibérie » avec Bernard Buigues chez Glénat. Il reçoit un prix à Clermont Ferrand pour cet ouvrage. Il collabore par la suite avec Gallimard, avec Glénat et Scharff en 2007 pour Erythrée... Depuis une dizaine d'années il n'arrête pas de travailler et l'on ne s'en plaindra pas. Il a été chroniqué dans ce blog plusieurs fois. Et cela continue...

Va'a de Benjamin Flao et Troub's chez Futuropolis.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 08:00
Pinocchio de David Chauvel et Tim McBurnie d'après Carlo Collodi chez Delcourt.

Le synopsis de Delcourt :

«Pinocchio, pantin de bois né des mains du menuisier Geppetto, est un bien mauvais fils, qui a envoyé son père en prison et doit maintenant se faire pardonner. Ainsi débute l'histoire du pantin qui voulait devenir un vrai petit garçon. Un récit hors du temps, jouant des contrastes et mêlant habilement cruauté, humour et poésie pour évoquer des thèmes universels comme la paternité ou le rapport à la différence. »

Bon !!!: après Frankenstein et Mary Shelley, voici Pinocchio et Carlo Collodi. La BD sait prendre à son compte la littérature grande ou petite pour la transformer et parfois la bonnifier. Remarquez quand on a pas d'idée c'est pas plus mal de prendre les bonne des autres. Reste à bien accommoder le travail et à l'adapter convenablement. C'est ce que font Chauvel et Mc Burnie. Les deux font la paire et les deux talents s'additionnent. On retrouve bien les personnages et le fond philosophique avec le passage de l'enfance à l'age adulte. La paternité aussi et le lacher-prise. C'est bien fait, onirique à souhait. Après, après, après...à chacun sa version. Il y en a eu de fameuses entre le cinéma avec Nino Manfredi, Walt Disney ou plus récemment en BD celle de Frezzato qui est fameuse par le talent du dessinateur. Celle-ci est très bonne et comme c'est bientôt Noël vous ferez des Heureux. Alors elle s'annonce pas belle la vie ?!?!?!?

David Chauvel est né le 18 décembre 1969 à Rennes. Il ne se prédestinait pas à la BD. Titulaire d'un Bac économie (Oh le vilain). Il passe un BTS de commerce international, obtenu grâce à la mansuétude du jury. Peu enclin à ceindre cravate et costume pour trouver un emploi dans cette branche, il s'inscrit au Pôle Emploi et utilise ses allocations en bandes dessinées, parmi lesquelles V pour Vendetta d'Alan Moore et David Lloyd. Une vocation naît : il sera scénariste ou il ne sera pas... Il l'est !!!

Tim Mc Burnie est australien. Il a d’abord étudié les Arts appliqués avant de travailler en free lance dans le design. Il préparait un projet de comics quand un mail venu de l’autre côté du globe l’a lancé dans la grande aventure de 7 chez Delcourt. Bien entendu son sens de la sa mise en image sera une révélation. Jérôme Lereculey, dessinateur de la saga Arthur et de 7 Voleurs a fait le storyboard de cet album.

Pinocchio de David Chauvel et Tim McBurnie d'après Carlo Collodi chez Delcourt.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 08:00
Frankenstein le Monstre est vivant de Steve Niles et Bernie Wrightson chez Soleil.

Le synopsis de Soleil :

« 25 ans après la parution du roman illustré qui bouleversa d’innombrables dessinateurs et lecteurs, Bernie Wrightson retrouve la créature de Mary Shelley. La suite des pérégrinations du monstre de Frankenstein est cette fois une BD, écrite par Steve Niles (30 jours de nuit) Un tour de force graphique témoignant du talent inaltérable de Wrightson. Un album gothique, au graphisme fouillé et un scénario à vous glacer le sang ! Une pure merveille. »

Oeuvre prisée et lue, elle est aussi très reprise et mise à toutes les façons. Le livre de Mary Shelley fait la richesse de bien des formes d'art. Que ce soit le cinéma, la littérature, l'animation ou la Bande Dessinée, le monstre de Frankenstein est une institution. Steve Niles a cherché en l'adaptant à renouveler le personnage et l'histoire sans trop en perdre la quintessence. En ce sens c'est une réussite. On découvre ce personnage dans un environnement différent et dans un cadre qui le met en valeur et qui le fait évoluer dans un conte philisophique qui ne manque pas d'intérêt. Wrightson de son côté nous fait profiter de sa virtuosité graphique. Ce surdoué nous propose un travail superbe qui sublime le récit. C'est une œuvre gothique, sombre évidemment mais incroyablement réalisée. A redécouvrir absolument.

Bernie Wrightson est né en 1948 à Baltimore, il commence sa carrière chez DC Comics avec House of Mystery en 1969. Dès les années 70, il crée avec Barry Windsor-Smith, Michael Kaluta et Jeff Jones le Studio, un atelier qui sortira un ouvrage collectif très recherché The Studio (lithographies et portfolios). Sa renommée est à son apogée, à la fin des années 70, avec ses travaux en noir et blanc superbes pour le Frankenstein de Mary Shelley. Il s'ensuit des illustrations pour le Cycle du loup garou de Stephen King ainsi qu'une participation à Creepshow,. Il dessine toujours, mais publie peu. Il réalise encore des couvertures de comics.

Steve Niles est né le 21 juin 1965 à Jackson Township. Il est écrivan et scénariste spécialisé dans les comics. Il est notoirement connu pour son travail sur 30 jours de nuit ou dans les contes de Cthulhu avec Shane Oakley

Frankenstein le Monstre est vivant de Steve Niles et Bernie Wrightson chez Soleil.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 08:00
Franky et Nicole – Collectif chez Les Requins Marteaux.

Le synopsis des Requins Marteaux :

« Ferraille Illustré revient ! Sauf que ça sort une fois par an en librairie et que ça s’appelle FRANKY (et Nicole) ! 300 pages bourrées de bd qui vous accompagneront tout au long des vacances d’été ! Dès juin retrouvez vos auteurs favoris ! Des vieux, des jeunes, et même des étrangers !!! Et ce n’est pas tout !… Ce projet se fait en collaboration avec Cornélius, qui sortira 6 mois plus tard NICOLE (et Franky) ! Franky N°1, Nicole N°2, Franky N°3, Nicole N°4, ai-je vraiment besoin de continuer ? ».

Les ovni on ne les voit pas toujours. C'est vrai, on ne peut pas toujours avoir le nez en l'air et les regarder passer. Celui-là il est plutôt sur les étales des librairies mais c'est bien d'un recueil hors norme dont il s'agit. Un recueil de BD, de strips, des grands, des petits, des drôles, des franchement drôles ou des plus cyniques aussi. Du cash et du trash. C'est marrant, subversif, insolent, agressif, ironique, cynique (déjà écrit), décapant. Bref on pourrait encore continuer la litanie. Cela se lit sans difficulté et il y a malgré tout un fond de philosophie aussi. C'est à ne pas louper d'autant plus qu'il y a une pleiade d'auteurs, jugez du peu ; François Ayroles, Matthias Malingrëy, Mrzyk & Moriceau, Lars Sjunnesson, Petteri Tikkanen, Nine Antico, Marie Caillou, Charlotte Dumortier, Pierre Ferrero, Tangui Jossic, Jonathan Larabie, June Lee, Sébastien Lumineau, Noémie Marsily, Tommi Musturi, Ruppert & Mulot, Olivier Schrauwen, Olivier Texier. A lire et à relire. C'est sorti. Allez on y va de la ptite fiche technique, façon maison d'édition. 17×24 cm. 304 pages. Couleur et N&B. 14,50 €.ISBN 9782849611623.

Franky et Nicole – Collectif chez Les Requins Marteaux.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 08:00
Hommes à la mer par Riff Reb's chez Soleil.

Le synopsis de Soleil :

«Librement adapté des nouvelles de Conrad, Hodgson, MacOrlan, Poe, Schwob et Stevenson par Riff Reb’s. Dernier opus de la trilogie contée et mise en scène par Riff Reb’s, ce recueil offre huit adaptations –graphiquement spectaculaires – d’histoires noires et poétiques : « Un sourire », d’après Joseph Conrad ; « Les Chevaux marins » et « Le Dernier Voyage du Shamraken », d’après William Hope Hodgson ; « La Chiourme » et « Le Grand Sud », d’après Pierre Mac Orlan ; « Une descente dans le maelström », d’après Edgar Allan Poe ; « Les Trois Gabelous », d’après Marcel Schwob ; « Le Naufrage », d’après Robert Louis Stevenson. Ces huit récits seront, eux-mêmes, entrecoupés par sept doubles pages dédiées à des extraits de grands textes illustrés (« L’Odyssée » d’Homère ; « Kernok le pirate » d’Eugène Sue ; « Malgorn le baleinier » d’Émile Condroyer ; « Le Vaisseau des morts » de Traven ; « Un typhon » de Jack London ; « Les Travailleurs de la mer » de Victor Hugo ainsi que « Le Sphinx des glaces » de Jules Verne). Un ultime opus littéraire, riche et poétique magistralement réalisé.

Un Riff Reb's, cela s'accueille. Celui-ci sort le 29. C'est demain. Pour ce qui le concerne, Oncle Fumetti est un fan. Un fan absolu. Ce dessinateur a un talent de folie. Il sait prendre une œuvre de la littérature classique et en tirer la quintessence. En plus il y apporte de l'originalité. Son trait est à nul autre pareil. On reconnaît son style entre mille et c'est du Riff Reb's. Sa façon de coloriser aussi est très personnel. Oncle Fumetti lui avait attribué son Prix de la meilleure BD en 2012 pour le Loup des Mers d'après Jack London. Un bijou déjà. Les adaptations de ces classiques sont très intéressantes. Il les personnifie certes mais il laisse place au lecteur. On s'enrichit tout en laissant son imaginaire vivre et à se confronter à ses souvenirs et à ses impressions. Alors bien sûr il faut avoir lu Mac Orlan, Poe ou Conrad. Ou se mettre à les lire. La BD peut être un bon déclencheur et une bonne mise en condition avant de se lancer dans un de ces textes difficiles. Très bon livre en tout cas. Cela sort demain.

Riff Reb's est né en 1960 en Algérie. Il passa une partie de son enfance au Havre.Dès 1983 sortent ses premières planches. En 1984 il crée avec Qwak l'atelier Asylum où les rejoindront Cromwell, Ralph, Edith et Joe Ruffner. ..En quelques années, cet auteur est devenu le leader d'une nouvelle approche du 9ème art.

Hommes à la mer par Riff Reb's chez Soleil.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 08:00
Les bonnes lectures d'Oncle Fumetti....Le Mage Acrylic par Serge Bihannic et Philippe Druillet chez Dargaud.

Je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître...La Bohème. Non plus sérieusement Oncle Fumetti veut vous présenter un livre hors du temps et incroyablement brillant. Les lecteurs du titre de cette chronique s'attendent à voir un album dessiné par Philippe Druillet. Que nenni. C'est une des originalités de ce projet incroyable. Philippe Druillet est au scénario et pas au dessin. C'est une originalité. Certes il a écrit pour lui et puis il dessinait pour lui. D'ailleurs il dessine toujours puisqu'il se murmure qu'il travaille à une adaptation de l'oeuvre de Dante Aligieri ; le fameux Enfer !!! Dans ce cas qui nous intéresse c'est Serge Bihannic qui s'y colle. Alors soyons clair, Oncle Fumetti ignore tout de ce dessinateur. Il a illustré des couvertures de livres de la collection Folio Junior pour Gallimard et il a dessiné pour Le Monde mais on ne trouve rien sur lui. A croire que c'est un pseudo. Pour le moins c'est un fabuleux, et le mot est pesé, dessinateur. Il crée des architectures extraordinaires dignes de Giovanni Piranese ; c'est dire. Si cela vous parle pas il y a des articles sur Wikipédia qui sont bien faits. Bref c'est un extraordinaire trait qui s'est mis à la disposition des délires de Maître Druillet. C'est en direct des valeurs de marijuana et des bouffées de LSD. C'est irrévérencieux, insolent et parfois osons, c'est pas très bon. Mais c'est un bijou de graphisme. Ne vous arrêtez pas à la couverture qui est ringarde. Elle aurait dû être tout autre chose et elle aurait dû mettre la créativité de l'album en relief. Ce n'est pas une bonne accroche. Mais ouvrez le livre si vous le trouvez et attendez-vous à en prendre plein les yeux....Foi d'Oncle F. C'est un des meilleurs livres du 9ème art de tous les temps. C'est dit et c'est écrit. Bonne découverte.

Les bonnes lectures d'Oncle Fumetti....Le Mage Acrylic par Serge Bihannic et Philippe Druillet chez Dargaud.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 07:00
Le fils du Soleil de Fabien Nury et Eric Henninot d'après Jack London chez Dargaud.

Le synopsis de Dargaud :

« À bord de sa goélette, David Grief voyage entre les îles Salomon, où il a établi son négoce. Homme d'affaires impitoyable mais honnête, il n'exige que ce qu'on lui doit, quitte à risquer sa vie lorsqu'il réclame une dette impayée ! Une mystérieuse vente de perles le conduit vers l'île de Hikihoho, où vit le vieux Parlay, roi autoproclamé d'une communauté́ indigène... C'est dans cet atoll du Pacifique que des hommes errants après des chimères, d'autres mûs par une folle cupidité, seront réunis, alors qu'un terrible ouragan approche. »

Une équation à trois connus ; London, Nury et Henninot. Cela doit pouvoir se solutionner. En fait pas la peine. C'est forcément signe de qualité. Déjà Jack London. Il a bercé notre enfance ..Enfin celles de ceux qui ouvrent encore des livres sans case et sans bulle et qui aiment les grands espaces canadiens, les bateaux, l'aventure avec un grand A. Déjà il est prisé des auteurs de BD en ce moment. En plus il se prête vraiment au 9ème Art. Il nous a donné des scénarii en béton et il y a une dramaturgie aisée à traduire en cases. Quand c'est Fabien Nury qui adapte le truc c'est solide. Pour le coup il s'est adjoint un dessinateur de talent. Ce Eric Henninot est un bon. Joli trait et mise en planche inventive et de qualité. C'est une affaire rondement menée et le Vieux Fumetti a pris du plaisir à redécouvrir cette œuvre par le biais des phylactères. Cela sort demain. A ne pas manquer.

Jack London est né en 1876 à San Francisco. De son vrai nom John Griffith Chaney, il était un auteur dont les thématiques principales étaient l'aventure et la nature sauvage. Il tira de sa vie et de ses lectures des histoires au contenu social très engagé. Il écrivit notamment l'appel de la forêt plusieurs fois adapté au cinéma et une cinquantaine de nouvelles ou de romans. Il fut l'un des premiers américains à faire fortune dans la littérature. Il mourut d'un empoisonnement du sang à quarante ans en 1916.

Fabien Nury est né en 1976. Il commence dans le milieu de la publicité. C'est au début des années 2000 que l'on le voit apparaître dans le milieu de la BD avec « Je suis légion » et sa collaboration avec John Cassaday. Puis viendront dans le désordre ; Necromancy, l'Or et le Sang,W.E.S.T, Atar Güll ou encore Il était une fois en France. Il collabore avec Brüno, Merwan Chabane, Matthieu Laufray, Xavier Dorison et d'autres. Il passe de Dargaud, à Glénat par 12bis ou Les Humanoïdes Associés. Un scénariste protéiforme en somme.


Eric Henninot est rouennais...Hourrah. Il est né en 1974. Il a été formé à l''Ecole Européenne Supérieure de l'Image (EESI). Il a trois livres à son actif dont un tome de XIII. C'est un signe de qualité non ? Si en plus il travaille avec Nury et pour Dargaud, c'est une confirmation.

Le fils du Soleil de Fabien Nury et Eric Henninot d'après Jack London chez Dargaud.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 07:09
Mona les petites marées de Séverine Vidal et Mathieu Bertrand chez Les Enfants Rouges.

Le synopsis des Enfants Rouges :

«A l'occasion de l'enterrement de sa grand-mère Suzanne à laquelle elle était très attachée, Mona revient à Saint-Malo. Plus jeune, elle y a passé toutes ses vacances, aux côtés de Gaël, son amour d'enfance. Il l'a quittée, elle a beaucoup souffert. Ils se revoient après des mois sans nouvelles. Soutenir son père, trier les affaires, renouer avec Gaël, pleurer, se souvenir, grandir, digérer la révélation de l'homosexualité de Gaël : voilà le programme chargé de l'été des 16 ans de Mona. Journal de Mona : " Ça sera sûrement pas les grandes marées, je serai loin des tempêtes, mais au moins, ça sera doux. Je me trouverai un copain qui ne change pas d'avis, et accessoirement d'amoureuse, tous les deux mois. Un type solide et droit dans ses bottes de pluie. Un amour calme. Un truc qui ne déborde pas. Un ruisseau. Voilà les deux gros projets que j'ai pour l'année qui vient : trouver un ruisseau et finir d'oublier Gaël." Comme d’habitude, je ne suis pas assez couverte ; j’en tremble tellement j’ai rien sur le dos. J’ai mis un petit pull de rien. Elle aurait dit : « tu vas attraper la mort ».Moi, j’aurais haussé les épaules et voilà. Trop tard, maintenant elle est morte. J’en tremble tellement elle est morte ".

Joli livre intimiste proposé par Nathalie Meulemans et son équipe. Mais aussi et surtout par Séverine Vidal et Mathieu Bertrand. L'auteure écrit pour la jeunesse. Elle a une jolie plume. Elle sait nous attendrir avec une histoire simple sur le temps qui passe et les êtres chers qui disparaissent et s'éloignent. C'est un retour sur soi afin de mieux avancer. Le livre et les planches sont tous de bleus colorés ; C'est un rappel à la mer sans doute. Une histoire de Malouins. Le trait de Mathieu Bertrand est au diapason. C'est joli et tendre comme le bois flotté. On entre dans l'histoire sur la pointe des pieds et on en sort joliment enrichi. Cela sort demain le 21 et c'est aujourd'hui donc... C'est une jolie découverte. Cours-y vite, cours-y vite...

Séverine Vidal est auteure et scénariste...Elle est née en .. (on ne dit pas l'âge d'une dame). Elle a été un temps dans l'enseignement. La voici depuis quelques années à la tête d'une bibliographie conséquente. Elle a travaillé avec Gallimard, Sarbacane, Frimousse, Oskar Editions ou l'Elan Vert..La voici chez les Enfants Rouges. Une histoire de couleurs.

Mathieu Bertrand est dessinateur. Il est né en 1987. C'est un Bourguignon. Il a fait la fameuse Ecole Emile Cohl. Il a une bibliographie encore naissante mais cela va grandir. C'est sûr.

Mona les petites marées de Séverine Vidal et Mathieu Bertrand chez Les Enfants Rouges.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 07:00
La légende du Lama Blanc -tome 1 de Alejandro Jodorowsky et Georges Bess chez Glénat.

Le synopsis de Glénat :

« 1950. La République populaire de Chine envahit le Tibet. Ce sont des milliers de soldats rouges qui se déversent sur les neiges éternelles et immaculées de l’Himalaya, assassinant, violant et torturant à tour de bras. Les temples tombent en ruine les uns après les autres. C’est dans ce qu'il reste du monastère Chakpori que Tzu, Dondup, Topden, Tsöndu et le maître chat Lin-fa décident de déjouer le destin funeste qui menace leur pays. Ils partent en quête de leur ancien guide spirituel : Gabriel Marpa, le « Lama blanc ». Retiré dans le Temple d’or, au cœur de la Vallée occulte, il est l’homme qui est parvenu à transcender l’existence, devenant, à force de méditation, l’égal d’un Dieu. Il est peut-être l’unique espoir de tout un peuple au bord de l’abîme : celui qui sera capable d’éteindre ce feu sous la neige... »

Un personnage de légende est sur le retour. Cela faisait vingt années environ que ce personnage était sorti des bacs des libraires. Les deux compères ne développaient plus d'histoires. Les compères ? Eh bien Jodorowsky et Bess. Deux créateurs majeurs de la BD moderne. Nous voilà avec le retour du Lama blanc. Ce n'est donc pas une reprise mais un nouveau départ. Malgré le temps c'était comme si on prenait la suite d'une BD sortie l'année d'avant. Alors bien sûr la jeune génération va découvrir. Un univers fantastique, très mystique. Bien avant le film avec Brad Pitt on découvre un européen qui prend le leadership de la culture tibétaine. Imaginez que le Grand Lama se réincarne dans un enfant européen sur fond d'invasions du pays par la Chine communiste. Tout un programme qu'Oncle Fumetti vous laisse découvrir. C'est évidemment du grand art au niveau du dessin. Les planches de Georges Bess sont très travaillées. C'est excellent et ce n'est pas une surprise. Le scénario de Jodorowsky est un modèle sur genre. Le talent du Grand Alejandro est établi et il n'y a pas à y revenir. C'est de la grande BD. La nouveauté ? Nous passons des Humanoïdes Associés à Glénat. Bonne idée à eux. On attend la suite.

Alejandro Jodorowsky est chilien. Il nait en 1929. Il est multiple ; essayiste, mime, réalisateur, scénariste. Il travaille dans de nombreux pays en Ukraine, comme en France ; Son apport pour le 9ème art est immense puisqu 'on lui doit ; le Monde d'Alef Thau, la caste des Méta-Barons, Bouncer, Borgia et évidemment l'Incal. Le revoici avec une suite du Lama Blanc.

Georges Bess se fait d'abord un nom en jouant les remplaçants de luxe auprès de tout ce que la Suède compte de dessinateurs. De 1977 à 1987 il dessine les histoires du Phantom, fameux héros masqué bataillant contre les forces du Mal. Il rentre à Paris en 1987, où il rencontre Alejandro Jodorowsky, qui lui propose rapidement d'illustrer l'histoire du Lama Blanc. Ensemble, ils signent d'autres séries majeures : Anibal 5, une version androïde, obsédé sexuel et explosif de James Bond en 1990, Juan Solo, tueur sudaméricain en 1994, récompensé par l'Alph'art du meilleur scénario au festival d'Angoulême. En 1998 il publie son premier album en solo, dont il rêvait depuis longtemps : Escondida. Il collabore couramment avec Glénat et Vents d'Ouest.

La légende du Lama Blanc -tome 1 de Alejandro Jodorowsky et Georges Bess chez Glénat.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 07:00
Solo – les survivants du Chaos de Oscar Martin chez Delcourt.

Le synopsis de Delcourt :

«Ravagée par les armes nucléaires et chimiques, la Terre a muté et de nombreuses espèces animales ont développé une taille et une intelligence semblables à celle des humains. Pour faciliter la vie de sa famille, Solo, un jeune rat, décide de prendre la route. Dans ce monde hostile fait de prédateurs, de cannibales, de monstres ou de pirates, Solo va devoir devenir le meilleur guerrier pour survivre. »

Ce bouquin nous vient d'Espagne. Enfin d'un créateur espagnol. Eh oui...on pourrait croire un comics US. Ce n'est pas le cas. La péninsule ibérique nous a toujours donné de fameux dessinateurs. Oscar Martin n'échappe à la bonne lignée de ces auteurs talentueux...Munuera, Guarnido, Ribera et bien d'autres. Il est donc espagnol. Il a la riche idée de nous proposer un scénario divertissant. Un rat au physique humanoïde devient un guerrier pour survivre sur la Terre ravagée. C'est Ptiluc revu à la sauce Mad Max. C'est bien fait et divertissant à souhait. Le personnage est bien construit ; attachant, intéressant. L'action est bien menée. Le scénario part bien, même si on sent bien que l'auteur en garde sous le pied. Il est prévu trois tomes. Les planches sont bien réalisées. C'est du joli travail. C'est propre. Dire que c'est pensé serait un oeuphémisme. C'est sorti déjà et à ne pas trop laisser passer. Foi d'Oncle Fumetti !!!

Oscar Martin est barcelonais. Il y nait en 1962. Il entre dans la carrière en 1983 et nous vient de l'animation.. En effet, pendant près de 20 ans, ll dessine et scénarise Tom et Jerry. En 2006, il dessine avec Miroslav Dragan au scénario, une série publiée par Casterman en France nommée La Guilde. Le voici chez Delcourt.

Solo – les survivants du Chaos de Oscar Martin chez Delcourt.
Repost 0
Published by Oncle Fumetti
commenter cet article