Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 12:57

Il était une fois...Un dessinateur qui se prit pour un éditeur et qui y parvint. Je veux dans ce blog évoquer le souvenir de Robert Bagage. Le Vieux Fumetti n'est pas un spécialiste de ce personnage et du genre qu'il contribua à faire paraître mais il a été lecteur de ces petites BD petit format qui apparaissaient pour le plus grand nombre comme un art mineur et un sous produit, un ersatz de BD. Ce n'était pourtant pas dénouer de qualités graphiques. Le scénario était à l'avenant et les thématiques se mêlaient : policier avec Nylon Carter dessiné par George Estève de 1956 à 1964, western avec Red Hawk, humoristique avec Romero le Torero... Aventures, science fiction aussi avec le fameux Super boy.  

 

 SUPER-BOY-1-9.jpg   Superboy001.jpg

 

 A l'origine, Robert Bagage était scénariste et dessinateur. Il était né en 1916. Il travailla successivement pour les éditions Fleurus et pour la S.A.G.E. Il dessinait sous le pseudonyme de Robba. On lui doit donc le lancement de la revue Super Boy en 1949. Cette revue fut un des premierspetits formats français sans doute la plus connue. Il dessina les trente premières couvertures (nous en reprenons quelques unes pour illustrer cet article). A l'époque, il était entouré de dessinateurs italiens ou espagnols. Ces artistes étaient le plus souvent anonymes. Ces dessinateurs reprenaient des produits venus d'Angleterre qu'ils développaient pour la maison d'édition. Pour revenir à celle-ci, il la créa en 1946. Elle s'appelait au départ «Editions du siècle » puis Impéria en 1951. Il s'entoura par la suite de dessinateurs français qui eurent une renommée mieux établie que leurs prédécesseurs tels que Félix Molinari, Bon Roc (dessinateur de Brik) ou Georges Estève déjà mentionné ou le regretté Raoul Auger qui collabora avec Tintin, Vaillant et Pilote. Super Boy parut de 1949 à 1986. Une belle longévité d'une quarantaine d' années. Pourtant ce style d'éditions perdirent de la vitesse et de la notoriété. Il reste malgré tout difficile d'expliquer son déclin ainsi que celui de cette maison d'édition. Elle ferma en 1986. Ce sont sans doute le fait des aléas de la création, des coûts économiques et une absence de renouvellement de la ligne éditoriale qui en furent la cause. Robert Bagage disparut en 2003. Il laisse une trace indélébile. Nul doute que son action dans l'édition de bande dessinée eut une influence notable sur ce milieu artistique et créatif. Pour ce qui est du Vieux Fumetti, Super Boy fût une de premières BD qu'il lut....

 

PS : Pour en savoir plus, je vous invite à lire les articles de Hamil Boualem et Dominik Vallet qui sont de vrais spécialistes de ce domaine. Leurs articles sur Wikipedia sont des références. La boutique Lambiek de Amsterdam est une référence en la matière également.

 

300px-Robert_Bagage.jpg 

Repost 0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 16:37

Le synopsis de Pavesio :

 

« Quand des pommes pourries se nichent au cœur des forces de l'ordre et que les citoyens ont peur, le dernier rempart de la justice ne peut être... qu'un cochon ! Dans une Chicago années trente un peu différente de ce que l'on imagine, où les requins contrôlent l'industrie, les chattes sensuelles peuplent les night-club et où gorilles et bull-dogs sont les hommes de main très fidèles d'un boss crocodile, l'enquête sur un homicide devient pour le paresseux détective sans illusions Joe Bacon la clef d'accès à un effroyable méli-mélo entre crime, industrie et politique... Sans compter qu'aller jusqu'au fond des choses pourrait lui coûter bien plus cher qu'il ne croit...»

 

Couv-Bacon.jpg

 

Le 9 ème art italien est à l'honneur. Le Vieux Fumetti en a souvent parlé ou plutôt fait état, la Bande Dessinée made in Italy est de qualité. De nombreux auteurs du passé et du présent ont su nous ravir de leurs talents. S'il fallait une preuve supplémentaire, nous pourrions présenter cet album publié par la vénérable Maison Pavesio ; Bacon. Dans cet ouvrage, Marco Natale nous présente sa vision du Chicago du crime organisé. Tout y est corruption, mafia, femmes fatales, hommes de main et un vrai méchant qui domine et organise le «Business »...Le Parrain. Face à lui ou à eux, l'incorruptible détective, le Philip Marlowe façon Marco Natale....Joe Bacon. La variante est que tout ce joli monde est représenté par autant d'animaux directement sortis et conçus dans l'imaginaire de ce dessinateur talentueux. C'est anthropomorphisme à donf....Cochon pour le détective, chattes, crocodile, gorilles.... Toute cette joyeuse ménagerie se charge de tous les vices et tares humaines pour dépeindre et présenter ce thriller talentueux et ironique. Le dessin est excellent. Noir et blanc et l'on s'attend à voir paraître un Robert Mitchum panama sur la tête...Ça défouraille, çà cogne comme chez les humains...Bref c'est une vraie bonne BD policière. Ne vous y trompez pas. Le tome 2 est sorti en Italie. Preuve que ce personnage prend racine...A découvrir absolument. Grazie mille.

 

Marco Natale est italien. Depuis 2001, il est illustrateur dans la publicité, dans l'édition. Il collabore à de nombreux projets pour les Maisons Lattes, Loescher, Filippo et d'autres encore. Il enseigne à l'école internationale de Bande Dessinée de Turin. Il travaille également dans l'animation.

 

9782203315112-copie-1.jpg

 

 

Repost 0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 11:44

Le synopsis de Dargaud :

 

«Du comte de Bonneval, Voltaire disait : « On lui passera tout, parce qu'il était un homme aimable », soulignant ainsi les sentiments ambivalents suscités par cet incroyable personnage, tout autant aimé et admiré que honni ou jalousé par ses contemporains. Un homme du XVIIIe siècle, plein de panache et de fougue, qui vécut passionnément et connut un destin chaotique, épique et tragique d'officier français sous Louis XIV, de général d'infanterie pour l'empire d'Autriche, puis de pacha ottoman à Constantinople. - 2e des 4 volets de Bonneval Pacha ; un énorme travail de recherche documentaire et une mise en images somptueuse pour une bande dessinée qui répare les oublis de l'Histoire.»

 

9782205070255-couv-I400x523.jpg

 

Deuxième livre de la série. Le premier est sorti en mars dernier. 6 mois de gestation chez Mister Micol et voilà la suite des aventures du comte de Bonneval. On revient sur cet oublié de l'histoire. Ce personnage digne de Dumas est très contemporain. Il est un converti. Il devient le Pacha de Constantinople. Nous voici en 1706, de Bonneval est disgracié par le très puissant Charmillat. En attendant de savoir ce qu'il va advenir de lui, il s'engage au service de l'Autriche et le voici qui combat l'armée de son pays natal...La France. N'est-il pas à cette occasion condamné par contumace et pendu...Mais l'est-il vraiment ? Je vous laisse le découvrir par la lecture. Le dessin de Micol fonctionne encore. La cohérence entre les deux albums est totale. Le récit est vivant et Gwen de Bonneval nous transmet la passion qu'il a de son ancêtre. C'est une très bonne série. On se prend à se passionner pour ce personnage-caméléon qui passe les régimes, intègre des cultures différentes. C'est très enrichissant. Le dessin de Micol convient à cette fresque historique. Le Vieux aime et l'écrit.

 

Gwen de Bonneval est né à Nantes en 1973. Son parcours se fait dans le monde de l'édition et de la communication. En 1998 il entre à l'Atelier des Vosges et se consacre à la Bande Dessinée. Il crée l' « atelier du coin » avec des amis et y dessine et scénarise. Il devient un temps rédacteur en chef de la revue « Capsule cosmique ». Il dirige la collection BD de Sarbacane (cf l'article précédent sur  El Paso). Il revient à ses activités d'auteur et collabore à de nombreux projets

 

Hugues Micol est né en 1969. Il est parisien. Ses inspirateurs sont Moebius, Prat ou Munoz. Il entre à l'Ecole Supérieure des Arts Graphiques de Paris. Il travaille en free-lance. Il a publié notamment « Le chien dans la vallée de Chambara » chez Futuropolis (cf l'article du 17 mars 2011 dans ce blog)...un de plus jolis albums de ces deux dernières années selon Fumetti...mais aussi « Les contes du 7ème souffle » chez Vents d'Ouest. 

 

220px-Gwen_de_Bonneval_-_Antibes.JPG   images--4-.jpg

Repost 0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 08:39

le synopsis de Sarbacane :

 

« Le livre commence avec la visite d’un jeune garçon à son père, détenu en prison. Au parloir, entre échanges de regards et petites phrases, les souvenirs vont refaire surface… Flash back.
On retrouve le père et le fils, qui tels des hors-la-loi, de ville en ville, parcourent les routes mythiques des États-Unis, la violence en embuscade. Au fil d’une série de tableaux, on assiste au changement de ce père inflexible, brutal et amer, hanté par ses échecs, et dont la carapace va peu à peu se fissurer face au regard pur de son fils. On comprend alors que sa vie d’homme en sera irrémédiablement changée. »

 

El-Paso-Ducoudray-Quignon.jpg

 

 

C'est à un « road movie » que nous ont convié Ducoudray et Quignon. Sauf qu'il ne s'agit pas de cinéma mais de BD. Point de Thelma et Louise mais un père et son fils. La BD est un magnifique flash back et là on retrouve le cinéma... C'est un voyage initiatique et familial entre un père et un fils .

Une histoire prenante et triste qui narre la relation forte entre deux êtres dans un maelstrom de violences, de voyages et de villes qui se succèdent. Père et fils vont se découvrir pour le meilleur et pour le pire. C'est beau, poétique et touchant. Le dessin de Bastien Quignon est  tendre et emprunt de poésie, trouve le Vieux Fumetti. Le scénario est intéressant, prenant...il y a quelque chose de « Un monde parfait » le film de Eastwood avec Kevin Costner même si la thématique diverge un peu. On se résume. C'est original. C'est tendre. C'est touchant...Donc on fait quoi ? Ben on achète... C'est sorti et c'est chez Sarbacane.

 

Aurélien Ducoudray est né en 1973 à Chateauroux. Il est scénariste. Il touche au journalisme. Il fait du documentaire. Il travaille avec Futuropolis sur divers projets tels que Chimpanzé, La faute aux chinois....

 

Bastien Quignon est né en 1986 en région parisienne. Il a beaucoup voyagé et déménagé notamment en Asie du Sud Est. Il reçoit son enseignement à l'Académie des Beaux Arts de Tournai en Belgique. Il en est diplômé. 

 

  Aurelien-Ducoudray-en-vue-a-Angouleme_reference.jpg  AVT_Bastien-Quignon_4370.jpeg

Repost 0
Published by L' Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 07:59

Le synopsis de Dargaud :

 

« Steve Rowland, de Fabien Nury et Richard Guérineau, est le 5e album de XIII Mystery, une série dirigée par Jean Van Hamme, dont chaque tome est dédié à l'un des personnages secondaires de XIII. XIII Mystery, résumé de l'épisode 5. Steve Rowland est une brillante recrue des SPADS, une unité militaire d'élite. Mais il est aussi le numéro XIII, treizième homme d'une conspiration politique aux objectifs terrifiants. Obéissant aux ordres, il a abattu le président des États-Unis. Il est ainsi entré dans l'Histoire... mais dans cet album, c'est son histoire qui nous est racontée. Celle d'un petit garçon qui, entre un père violent et raciste et une mère perdue et alcoolique, devient un homme impitoyable... malgré Kim. À moins que ce ne soit à cause d'elle ? »

 

9782505013433-couv-I400x523.jpg

 

Dargaud et Jean Van Hamme ne se sont pas trompés en confiance cet album et le Vieux dirait « cette mission » à Nury et Guérineau. Fameux duo en effet. Nury au Scénario et Guérineau au dessin. Belle réunion. L'album est excellent. Comme le reste de la série. En fait on aime ou on déteste XIII. Il n'y a pas de juste milieu. Il est vrai que c'est violent et marquant par le contenu. Les personnages défilent parfois et des plus sympathiques comme si on souhaitait ne garder que la gravité et la noirceur dans ces histoires. Avec celle-ci pas de répit...Verres cassés, hémoglobine, trop plein d'alcool, racisme, explosions, détonations, violence et encore violence. L'histoire et le personnage veulent cela sans doute. Il n'en reste pas moins vrai que le livre est réussi dans sa globalité. Pour ceux qui aiment c'est prenant, haletant et le dessin est au diapason. Vous en apprendrez beaucoup sur votre héros. Alors que les vrais fans ne boudent pas leur plaisir. L'album est sorti.

 

Fabien Nury est né en 1976. Il nous vient de la publicité où il occupe le poste de concepteur/rédacteur. Pourtant le monde de la BD l’attire. La rencontre avec Xavier Dorison il fait franchir le pas. Sa contribution est maintenant riche. Il a travaillé pour les Maisons Glénat et Dargaud. Il obtient en 2011 le prix de la meilleure série à Angoulème. Après Atat Gull il revient avec XIII Mystery.

 

Richard Guérineau est né en 1969. Il étudie les arts plastiques.Très vite il préfère la bande dessinée. Il collabore à des nombreux projets...l'As de pique avec Corbeyran puis le chant des Stryges. En 2008 un western avec Henri Meunier Après la nuit...le voici dans l'univers de XIII.

 

   images--5-.jpg  images--6-.jpg

 


Repost 0
Published by L' Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 07:22

Le synopsis de Le Lombard :

 

« Le Mage Azzalepstön a convaincu Louve de dissocier sa personnalité afin d'éliminer toute violence en elle. Mais elle se sent prise au piège et veut réunir ses 2 moitiés. Elle tente alors de récupérer sa vraie personnalité tandis que sa « part sauvage » veut retrouver la main du dieu Tyr pour le compte du Mage, qui pourra alors augmenter ses pouvoirs. En échange de cette main, sa « part sauvage » obtiendra une liberté totale, ce qui signifie la mort de la véritable Louve ! »

 

album-cover-large-17598.jpg

 

Voici une année le Vieux Fumetti écrivait une chronique sur un album qui paraissait en marge de l' Odyssée de Thorgal. L'année dernière l'album était sorti le 4 novembre...Presque une année. Que dire sur cet opus II des aventures de Louve. Il est de qualité. Il semble de la «mayonnaise » prenne autour de ce personnage. Le Lombard ne s'était pas trompé en confiant cette série à Yann et à Monsieur Surzhenko. Fumetti écrit Monsieur parce qu'il est très enthousiaste devant le travail de cet artiste encore trop sous employé. On reprend très vite le fil de l'histoire et c'est avec un plaisir non dissimulé que le Vieux s'est installé dans son fauteuil club en parcourant cette BD de bonne facture. Il va bien entendu vous laisser découvrir l''histoire. Le livre sort le 16 novembre. De belles ventes en perspective pour les libraires.

 

 

Yann est insaisissable. Né à Marseille le 25 mai 1954, ce personnage d’origine bretonne est installé à Bruxelles. Il goûte jeune aux joies de la publicité et de l'architecture avant d’intégrer le monde de la BD en réalisant seul quelques "Cartes Blanches"  pour le journal de Spirou en 1974. Son association avec Conrad est prolifique et réussit. Yann comprend rapidement que le dessin ne permet pas la réalisation rapide de toutes les idées qui bouillonnent en lui. On le verra ainsi apporter son punch à notamment Yslaire (le premier épisode de "Sambre"),  Batem et André Franquin ("Le Marsupilami"), Morris ("Lucky Luke"). Après avoir placé ses pions chez presque tous les éditeurs, il rentre par la grande porte chez Dupuis en écrivant des récits épiques pour René Hausman dans "Aire Libre" ("Les Trois cheveux blancs" et "Le Prince des écureuils"). Aujourd'hui, Yann est sans conteste l'un des scénaristes incontournables de la profession.

 

Roman Surzhenko est né en 1972. Il a un parcours très riche en Russie et en Ukraine. Malheureusement la richesse de son travail n’est pas parvenu jusqu’à nous.  En 2009, les Humanoïdes Associés en France lui confient la reprise graphique de la Meute de l'Enfer avec Philippe Thirault, après les départs successifs de Christian Hojgaard et Drazen Kovacevic, ce dernier n'ayant pas souhaité poursuivre la réalisation du quatrième tome.  Ses préférences en matière de style vont pour le style réaliste européenne. Ses favoris sont notamment  Serpiery, Gimenez, Rosinski, Manara, Giraud, Bilal… Youri Jigounov. De belles références.

 

Graza est connue pour avoir mis en couleur des albums de Thorgal. Née en Pologne, elle a suivi des cours de dessin et peinture à l'Académie des Beaux-Arts de Cracovie. C'est là qu'elle rencontre Kas, futur dessinateur de la série "Hans". Celui-ci deviendra son époux. Elle s’installe en Belgique avec lui.

 

yann-I100x130.jpeg   9707_roman-surzhenko.jpg

Repost 0
Published by L' Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 08:11

Le synopsis de Glénat :

 

« Après avoir été éparpillée dans les réalités parallèles de New Harlem, New York et New Byzance, la famille Kosinski est enfin réunie. Zack, Charles et Veronika profitent de leur maîtrise de la matière noire pour s’échapper ensemble un moment de New Harlem et passer dans une autre réalité : New Beijing. Mais ce monde se révèle aussi oppressant que celui dirigé par le Black Order, à tel point que dès l’aéroport, ils se font tous trois enfermer pour usage de dollars non conformes… Voici la famille à nouveau séparée dans des camps de travail, où Zack va rencontrer une jeune femme affirmant venir d’une ville de Moscou parallèle…»

 

9782723484046-L.jpg

 

Une nouvelle aventure de la famille Kosinski. Ce livre est très surprenant. C'est aussi très intéressant parce que suivre les pérégrinations de la famille est complexe. C'est à la fois un livre de Science Fiction et aussi une histoire très policière. Cela permet ou permettra de passer de ville en ville. Le livre démarre au quart de tour et se poursuit sur le même rythme. L'arrivée d'un nouveau personnage relance l'action et le suspense. Le dessin austère de Aurélien Morinière convient très bien à cet album et à cette série. C'est à la fois prenant et captivant. Les personnages sont intéressants et on s'attache à eux. On a envie de les voir sortis de cette aventure sans que l'on sache trop comment. Bien entendu en grand maître du scénario Corbeyran tire les ficelles...On se doute bien que les rebondissements ne manqueront pas. Le Vieux Fumetti a bien aimé. Il attend la suite...

 

Corbeyran est né en 1964. Il débute en 1990 dans la BD. Il est extrêmement prolixe. Comptez qu'il a publié en 2010 son 200è album. Enorme ! . Il se mêle de tous les styles : Thriller, Anticipation, Aventure, polar...Il travaille à la fois sur les cycles « Uchronies ». Il travaille aussi sur la série XIII Mystery.

 

Aurélien Morinière est né en 1975 à Paris. Il est au départ dessinateur maquettiste. Il se lance dans la BD. Il collabore avec Tarek sur un projet avec Pointe Noire. Il poursuit son travail dans le 9ème art en collaborant avec de belles maisons d'éditions ; Soleil, Mosquito, Emmanuel Proust..Toujours avec Tarek. Le voici avec Corbeyran.

 

   images--7-.jpg  dsc_3020.jpg

Repost 0
Published by L' Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 16:44

Le synopsis de Soleil  :

 

« Après un naufrage, Humphrey Van Weyden, un gentleman fluet, est recueilli puis enrôlé de force comme mousse par Loup Larsen, un terrifiant capitaine de goélette, buveur, violent mais très cultivé. Ce capitaine, athé, éprouve peu à peu une sorte d’estime teintée de mépris pour Humphrey, à l’inverse, très religieux : « si vous savez que quand vous mourrez, vous irez dans un monde meilleur, alors, pourquoi avez-vous peur de mourir ? »
Ainsi naissent les premières joutes verbales – pleines d’humour et d’esprit –qui rythment ce passionnant récit d’aventure, et qui redoubleront à l’arrivée d’une jeune femme, un futur enjeu pour ces deux hommes. »

 

album-cover-large-17961.jpg

 

 

Amener Jack London à la BD. Belle idée. Riche idée. Qui mieux que cet auteur des XIX et du XXe siécles se prête le mieux à l'adaptation au 9ème art ? Les grands espaces, le Grand Nord, la ruée vers l'or, l'aventure, la nature, l'amitié, les animaux...Tout s'y prête. Pourtant ce n'est pas chose facile. Si la thématique est simple, cette littérature n'est pas si facile que cela à retranscrire. Le lecteur s'est déjà fait à ces lignes. Son imaginaire a déjà fait son travail et il n'est pas aisé d'en sortir. Ami lecteur et foi de Fumetti, Riff Rebs y est parvenu. Ce virtuose du dessin, ce transgressif du 9ème art nous propose un magnifique album. Les planches sont superbes. Regardez bien le travail sur les couleurs. Constatez le détail des paysages, des scènes d'action. Remarquez bien les éclairages déjà vus dans « A bord de l'Etoile Matutine » d'après Mac Orlan au bas de la page 71 par exemple ou encore la colorisation des planches...Très beau travail. On entre avec une facilité incroyable dans le récit. Certes l'histoire est librement adaptée. Mais les personnages sont là. Le fameux capitaine, Loup Larsen...quel nom de héros... est magnifiquement illustré par ce maître du graphisme. A n'en point douter, Jack L n'aurait pas renié ce personnage-là. C'est esthétiquement superbe. Décidément la collection Noctambule nous gâte. Vous n'aurez pas longtemps à attendre. L'album sort début novembre mais parfois quinze jours peuvent sembler durer une éternité.

 

Jack London est né en 1876 à San Francisco. De son vrai nom John Griffith Chaney, il était un auteur dont les thématiques principales étaient l'aventure et la nature sauvage. Il tira de sa vie et de ses lectures des histoires au contenu social très engagé. Il écrivit notamment l'appel de la forêt plusieurs fois adapté au cinéma et une cinquantaine de nouvelles ou de romans. Il fut l'un des premiers américains à faire fortune dans la littérature. Il mourut d'un empoisonnement du sang à quarante ans en 1916.

 

Riff Reb's est né en 1960 en Algérie. Il passa une partie de son enfance au Havre.Dès 1983 sortent ses premières planches. En 1984 il crée avec Qwak l'atelier Asylum où les rejoindront Cromwell, Ralph, Edith et Joe Ruffner. ..En quelques années, cet auteur est devenu le leader d'une nouvelle approche du 9ème art.

 

   images--8-.jpg 220px-JackLondon02.jpeg

 


Repost 0
Published by L' Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 08:08

Couv_113701.jpg

 

Je vous parle d'une époque que les plus jeunes de nos lecteurs ne peuvent pas connaître. On y parle de dessinateurs qui sont entrés dans la légende du 9ème Art. Ces icônes de notre art se sont succédés au «chevet » d'un personnage bien singulier de la Bande Dessinée, un de mes condisciples...L'Oncle Paul. Tout commence en 1951 dans le journal de Spirou. Il est décidé de publier des histoires courtes à contenu historique. Ce sont des petites BD qui ont un contenu pédagogique en somme. Dupuis avait confié le scénario de ces « courtes » à Jean Michel Charlier avant que Octave Joly ne prenne la suite. La figure emblématique, et cette expresssion prend vraiment son sens, est un personnage de quinquagénaire que l’on suppose célibataire et bien pensant au look bourgeois la pipe en bouche qui entouré d’enfants raconte à ceux-ci une histoire. Cette série sans prétention eut un succès tel qu’elle permit de « lancer » bon nombre de dessinateurs et pas des moindres, jugez des successeurs appelés au chevet de cette publication : René Follet, Jean Graton, Eddy Paape, Mitacq, Gérald Forton, Fred Funcken, Edouard Aidans, André Beckers, Hermann et je ne voudrais pas oublier Dino Attanassio et d’autres encore. Il arriva même que ponctuellement René Goscinny se mêla du scénario. Il a été dénombré par moins de 1000 historiettes entre 1951 et le début des années 80 qui virent l’arrêt de ce concept. Les thématiques étaient pour l’essentiel historiques. Les plus anciennes portaient sur : Barbe Noire, le radeau de la Méduse, le naufrage du Titanic...La vie de Mozart. Les éditions Vents d’Ouest ainsi que EDS les publièrent plus récemment avant que la petite maison d’éditions « la vache qui médite » ne publie une trentaine de recueils à ce jour. Il se dit que l’album 35 sort bientôt. A découvrir ou à redécouvrir....

 

Repost 0
Published by L' Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 07:35

Le synopsis de Juste pour Lire :

 

« Le choc de deux mondes. La ville moderne de Barry, au Canada, s’est construite sur un ancien territoire indien où court la légende du Wendigo. Le Wendigo, ou l’Esprit de la forêt, un être mi-homme mi-loup, qui sort de sa tanière à la nuit tombée et sillonne les sentiers en quête de chair fraîche.Mais le Wendigo est-il la seule monstruosité des massifs ? Quel terrible secret pèse sur la communauté indienne ?

Perdue au milieu des bois, en pleine nuit, Sarah réalise l’absurdité de son acte. Jamais elle n’aurait dû s’aventurer dans ce parc. Mais il est trop tard pour les regrets. Le Wendigo a déjà senti sa présence et compte bien jeter son dévolu sur cette proie toute désignée. La jeune femme réussira-t-elle à échapper au tragique destin qui la guette. Mais surtout, saura-t-elle sauver l’enfant qu’elle porte ? … »

 

 wendigo.jpg

 

 

Un livre, une BD sur une créature mythique du Grand Nord américain. Et pourquoi pas ? Alors que nous dit la faculté ? Que nous disent les lettrés ? Wendigo..Ce serait

des hommes qui après des pratiques cannibales seraient transformés en créatures mi-homme mi-bête. Ils vivraient dans la profondeur des forêts. Ils seraient l'émanation de légendes des algonquins du Canada. Soit. C'est donc autour de cette entité que l'écrivain Gwen Aël et Eric Godeau se sont réunis pour travailler et nous offrir cet album. C'est une bonne idée et il fallait la transformer. Le Vieux croit pouvoir dire que mission accomplie. Le livre est beau. Il est intéressant. Le dessin fait très comics de l'age d'or. Fumetti aime bien. C'est élégant....Et même racé. Le scénario est bien construit. Eric Godeau a su aborder la créature avec réussite. C'est un excellent livre proposé par ce bon éditeur. Il n'y a pas de raison de s'en priver...

 

Gwen Aël est normande. Elle est une habituelle rédactrice d'histoires fantastiques.

 

Eric Godeau est versaillais. Il commence des études de Pharmacie avant de biffurquer vers le dessin et la Bande Dessinée. S'en suit des collaborations avec Soleil Production, Grand Angle ou Pif Gadget pour Lily la Rouge.

 

800px-Paris_Manga_11_-_Eric_Godeau_-_105.jpg

 

 

Repost 0
Published by L' Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article