Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 05:21

Ce week end n'hésitez pas à vous rendre au festival BD de Palavas les Flots "La Bulle des Etangs". Il y a une jolie liste d'invités. Le lien est sur le blog mais je vous le remets :  http://bdpalavas.free.fr/

 

Bon week end.

Repost 0
Published by L' Oncle Fumetti
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 19:02

svoboda-russie.jpg

 

Je vous livre le synopsis de Futuropolis :

 

«Tout à fois récit historique et épopée romanesque, Svoboda est le carnet de guerre imaginaire d’un combattant de la Légion tchèque, racontant une réelle et véritable odyssée ferroviaire, qui se déroula au milieu du chaos de la Révolution russe»

 

Jean-Denis Pendanx est né en 1966. Il vit à Bordeaux. Il débute sa carrière en tant qu’illustrateur de magazines de jeux de rôles et de livres pour la jeunesse (Père Castor, Flammarion, Magnard, Mango…). En 1991, il publie son premier album, Diavolo sur un scénario de Doug Headline, aux Éditions Zenda. En 1993, paraît le premier volume (sur quatre) de Labyrinthes, co-scénarisé par Dieter et Serge Le Tendre, aux Éditions Glénat. En parallèle, il travaille pour le dessin animé (Corto Maltese). En 2006 il change de style, il signe avec Christophe Dabitch, Abdallahi un récit en deux volumes remarqué par la critique et les libraires.En 2008 : Premier volume du triptyque Jeronimus, toujours avec Christophe Dabitch. C’est un grand de la BD française.

  

Kris est né à Brest le 4 septembre 1972. Il fait des études d’histoire et exerce des jobs de barman puis de libraire. Il décide d’abandonner une éventuelle carrière dans l’Education nationale pour s’adonner à sa passion : l’écriture de scénarios. Côté BD, il débute chez Delcourt où il publie en 2002. Par la suite, il participe en 2004 à un collectif d’adaptation des poèmes d’Arthur Rimbaud en BD. Côté cinéma, il réalise un premier court-métrage sur sa ville, Au fond sur le parapet des ponts, pour lequel il reçoit le Prix Estran du meilleur scénario. Depuis, il enchaine les succès en BD principalement chez Futuropolis.

 

 

Enfin !!!! Un Pendanx…Il est de retour. Il sort un album. Jean Denis Pendanx sort une BD et c’est une grande nouvelle. Le nouveau né est scénarisé par Kris et colorisé par Isabelle Merlet. Dès le début le livre attire le regard. Il est beau. Le papier glisse avec souplesse. Il est élégant, racé. Le dessin est  fin. Les couleurs sont agréables à l’œil. J’ai toujours trouvé un réel plaisir à découvrir un album de Pendanx. Réalisez qu’entre Diavolo le Solennel et Svoboda il s’est écoulé 20 ans…Quelle carrière et quel talent. Il ne nous avait pas abandonné mais ses absences sont longues. L’association avec Kris fonctionne. Deux talents véritables mis en couleur par Isabelle Merlet. C’est une des sorties majeures du semestre.

 

Repost 0
Published by L' Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 16:57

Mezek-OneShot-Mezek-9782803628612-pg.jpg

 

En 1948, à la naissance de l’état d’Israël, des pilotes de toutes nationalités iront se battre pour le jeune Etat hébreux, mercenaires souvent et parfois, Allemands, anciens de la Luftwaffe. C’est le destin de l’un de ces hommes que racontent Yann le scénariste et André Juillard que l’on ne présente plus. Le mot, Mezek vient du nom des Messerschmitt 109 vendus par la Tchécoslovaquie au jeune état juif malgré l’embargo, Pour André Juillard, un des auteurs incontournables de la BD, l’aviation est une passion. La petite histoire la Grande Histoire se mêlent dans ce livre intéressant. C’est une histoire vraie qu’il a romancée partiellement. A découvrir.

 

Yann est historien. Même si ce n’est pas son métier, c’est un historien. C’est par cette discipline qu’il accède à la BD. Il tate de la communication et de la publicité. Il s'expatrie en Belgique pour y devenir auteur de BD. Il réalise rapidement que ses planches sont bien meilleures lorsqu'elles sont dessinées par d'autres, et décide de se consacrer à l'écriture. 

 

 André Juillard est né le 9 juin 1948 à Paris. Il attrape la passion du dessin dans Tintin, et celle de l'histoire dans son manuel de sixième et dévore tout ce qu'il trouve sur l'Antiquité. Après les Arts décoratifs, où il rencontre Martin Veyron et Jean-Claude Denis, il fait ses débuts de dessinateur dans Formule 1, avec un western et les aventures chevaleresques de Bohémond de Saint-Gilles. En 1978, il dessine Les Cathares dans Djin et, avec Cothias lance Masquerouge dans Pif Gadget. En 1982, Les 7 Vies de l'Épervier sont publiées. Son parcours durant ces années 80 et 90 sont riches. En 2000, il dessine, sur un scénario d'Yves Sente, une aventure de Blake & Mortimer, La Machination Voronov. En 2011, en collaboration avec Yann, il illustre Mezek, BD sur le thème de la création d'Israël, de la Collection Signé au Lombard. André Juillard a reçu le Grand Prix de la ville d'Angoulême en janvier 1996.

 

Mezek-thumb-379x498-31204-copie-1.jpg

 

 

Repost 0
Published by L' Oncle Fumetti
commenter cet article
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 14:42

2130_500.jpg

 

Le synopsis selon Soleil :

 

Tout le monde avait décidé que Dyssery épouserait Phorée. Tout le monde, sauf Dyssery. Pour échapper à sa nuit de noces, la belle opte donc pour l’ultime solution : se donner la mort ! La voilà passée dans le Val des Ombres, où les âmes des morts ont leur propres combats, mais sont aussi beaucoup plus libres que chez les vivants. Certes, Dyssery devra affronter de sinistres dangers et des créatures infernales, mais elle pourra aussi devenir l’actrice qu’elle a toujours rêvé d’être ! Évidemment, tout cela c’était sans compter sur son opiniâtre, pour ne pas dire borné d’époux, qui entreprend d’aller la chercher au bout du monde et même au-delà. Car, que les choses soient claires, vivante ou morte, Dyssery lui appartiendra .."

 

Virginie Augustin est une dessinatrice d’animation, auteur de bande dessinée, née en 1973 à Chatou. Elève du CFT Gobelins, formée au dessin animé, elle collabore avec les studios Disney sur les long-métrages. En 2001, alors qu’elle travaille sur le long-métrage d’animation "Corto Maltese". Elle collabore sur la série de bande dessinée Alim le Tanneur dont le premier tome sort aux éditions Delcourt en 2003. Elle participe à la réalisation de quatre tomes de cette série, elle participe brièvement à quelques productions de dessin animé et à différents albums collectifs pour les éditions Delcourt et Soleil. En 2008, elle est contactée par Christophe Arleston pour participer à l’aventure du monde de Troy en dessinant «voyage aux ombres.»

 

 

Audrey Alwett née en 1982 en banlieue parisienne. Durant ses études littéraires, qu’elle effectue à Nantes, elle travaille dans diverses petites maisons d’édition et écrit pour la presse régionale. C’est grâce au Lanfeust Mag qu’elle rejoint le monde de la bande dessinée, en scénarisant quatre histoires courtes. Alwett s’est depuis spécialisée dans l’écriture féminine avec des séries comme « Princesse Sara », « Danseuse » ou « Sweety Sorcellery ». Elle est d’ailleurs la fondatrice des collections Blackberry et Strawberry chez Soleil, qui réalisent des albums à l’attention d’un public féminin.

 

 

J’aime beaucoup ce livre. Il est sorti chez Soleil le 25 mai dernier Il est joli, fin et élégant. C’est un album créé par des femmes ; des «filles de la BD» et c’est frais et malin. Je l’ai lu avec plaisir. J’aime bien cette idée que les femmes s’accaparent la Bande Dessinée. Claire Brétécher n’est plus seule. Hourra !!!!!!!

 



Virginie Augustin :



1033.jpg

 

Audrey Alwett :

 

592.jpg

Repost 0
Published by L' Oncle Fumetti
commenter cet article
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 09:48

9782803627530-couv-I325x456.jpg

 

Voici un livre que je n’ai pas acheté. On ne peut pas tout acheter non plus. Je l’ai toutefois lu. Cette histoire se déroule durant l’antiquité. Il y en a eu souvent. Cette fois-ci il ne s’agit pas de la Rome Antique ou de l’Egypte Ancienne. Il s’agit de peuples hittites. Les Hittites étaient un peuple que l’on situe en Cappadoce. Cela permet de mieux comprendre leurs localisations et d’avoir une idée de ce qu’ils étaient.

 

Voici le synopsis de l’éditeur.

 

«L'homme n'a-t-il appris à marcher que pour aller se battre ? On serait tenté de le croire à la lecture de ce récit écrit par S. Runberg et dessiné par Miville-Deschênes. Leur série s'ouvre en effet sur la conquête d'Urar par les Hittites, première étape d'une guerre sanglante...»



Sylvain Runberg est cosmopolite. Né à Tournai, sous l'étoile de Tintin, il a depuis vécu aux Pays-Bas, en Allemagne, en Angleterre, au Danemark, en France et en Suède. Etudiant sur Aix-en-Provence pendant quatre ans, il obtient une Maîtrise d'histoire contemporaine, mais trouve tout de même le temps d'organiser des événements musicaux, et de faire quelques voyages, évidemment. Il décide de s'orienter vers la bande dessinée.

 

François Miville-Deschênes est né à Bonaventure, petit village côtier de la province de Québec, il passe sa jeunesse à s'évader à travers le dessin. Depuis sa première BD, réalisée à l'âge de cinq ans, il abat inlassablement croquis et planches. D'Europe en Afrique, il peaufine son trait, accumule les expériences, visite les grandes villes. Il envoie quelques dossiers aux différents éditeurs européens. Les Humanoïdes Associés, séduits, lui proposent le scénario de Millénaire, qu'il dessine depuis avec un brio certain. Il poursuit son travail avec «reconquêtes».

 

 Ce livre est esthétiquement beau. L’histoire, construite autour de batailles, de stratégie de conquêtes, d’amours, retranscrit bien l’univers de ces peuples sauvages. Tout est maîtrisé dans ce travail. C’est une jolie réussite.

 

 

Reconquetes_Illustration.jpg

 

Repost 0
Published by L' Oncle Fumetti
commenter cet article
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 08:39

9782205067408-couv-I400x523.jpg

 

  

Aujourd’hui notre Oncle a jeté son dévolu sur un livre sorti ces jours-ci chez Dargaud. Il nous livre le synopsis ci-dessous :

 

«1863, aux États-Unis, en pleine guerre de Sécession. Telle une enclave perdue dans l'État d'Indiana, une petite communauté a été créée par un groupe d'hommes et de femmes qui souhaite ainsi vivre une expérience audacieuse. Chacun partage ses biens, mais la communauté « Fraternity » – ainsi appelée en raison des valeurs sur lesquelles s'appuie ce modèle de microsociété – repose sur un équilibre fragile. Très vite les dissensions apparaissent, surtout après l'intégration d'un jeune garçon découvert dans la pleine forêt voisine. Un « monstre » aurait même été aperçu au moment de sa capture, une créature qui semblait veiller sur lui. Plus tard, un groupe de soldats en fuite débarque dans la communauté de plus en plus divisée.»

 

 

Diaz Canales Juan est né le 21 avril 1972. Il étudie les Beaux Arts à Grenade. Il essaie de se lancer dans la BD en Espagne. Pourtant il s’attache au marché français, son style étant prétendument très français. Il part pour Angoulême muni de son énorme portfolio. Là, il trouva un autre jeune et hyperactif artiste, nommé Joann Sfar. Ils collaborent. Il travaille avec plusieurs éditeurs Soleil, Delcourt, Bayard Press…et donc Dargaud. C’est une valeur confirmée.

 

Juan Díaz Canalès est né en 1972 à Madrid, en Espagne. Il s’interesse très tôt à la BD. Il rencontre Juanjo Guarnido avec lequel il se liera d’amitié. Juan Díaz Canalès restera en Espagne alors que Juanjo Guarnido partira en France travailler aux studios d’animation de Disney. Mais cela ne les empêche pas de réfléchir à un projet de bande dessinée qui prendra forme sous le nom de Blacksad. Une série écrite par Díaz Canalès dans le plus pur style polar noir des années 50. Il obtient un franc succès avec cette série partout en Europe. C’est un des grands scénaristes de sa génération.

 

C’est un livre d’une grande beauté par le dessin. Le scénario est au niveau. Le travail est soigné. Il s’en dégage une grande puisance. Cette force vient renforcée le récit très particulier. C’est un mélange de drame, de suspense, de poésie et de philosophie. C’est prenant et passionnant. Une BD 100 % espagnole, publiée par les Français un bel exemple de communautarisme européen. A lire.

 

G_11138_01.jpg

 

Repost 0
Published by L' Oncle Fumetti
commenter cet article
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 23:06

Couv_130152.jpg

 

Aujourd’hui j’ai envie d’écrire sur un livre que j’ai feuilleté chez mon spécialiste préféré. Je ne sais pas si c’est une bande dessinée. De but en blanc c’est une BD. Il y a des cases, des dessins mais pas de textes. En même temps c’est logique comme les auteurs n’ont pas cherché à faire d’anthropomorphisme les animaux qui en sont les acteurs ne parlent pas. En fait il ne s’agit que de la vie de la jungle dans laquelle un tigre se déplace en croisant d‘autres créatures…Une BD animalière en somme.

Ce livre est une merveille. C’est beau, très beau même. J’ai été touché par la beauté et l’esthétisme de cet ouvrage. Les auteurs Federico Bertolucci pour le dessin et Frédéric Brrémaud ont réalisé le plus joli livre de ce début d’année à mon humble avis. Un bijou.

 

 

PlancheA_130152.jpg

Repost 0
Published by L' Oncle Fumetti
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 18:10

2144_500.jpg

 

  

L’Oncle Fumetti se met à la lecture de «Djohns".  Il a acheté Psykoparis de Martinage et Roulot chez Soleil. Après déchiffrage, notre Oncle a beaucoup aimé. Le livre est tonique, comme le dessin. Le scénario part sur des chapeaux de roue. Il y a du «Kill Bil» dans cette BD. Visiblement c’est une série. Le lieu de l’action est à Paris. Un Paris où les gens qui ont des looks très contemporains se battent à l’épée. On passe du sabre de cavalerie, à la katana en passant par le Claymore cher à Sir William Wallace…Bref les héros sont attachants. Des groupes mafieux partent à la recherche d’un carnet dérobé  par des jeunes cambrioleurs à une mamie usurière. Cela promet une multitude de rebondissements…A lire absolument.

 

 Corentin Martinage est né en 1985. Il est doué pour le dessin. Il rencontre très vite son compère Tristan Roulot qui est  né lui en 1975. Ce binôme déjà prometteur va faire des étincelles.  

9782302015302_p_6.jpg

Repost 0
Published by L' Oncle Fumetti
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 20:46

CaroleParodi-3029-7a913.jpg

 

Samedi soir l’Oncle Fumetti est allé au théâtre à Montpellier. C’est le printemps de comédiens dans le parc du Domaine d’O pendant un mois. Donc l’Oncle s’installe. Il est accompagné par la Dame de son cœur. Il ne savait pas ce qu’il allait voir, même pas le titre.. Il regarde, apprécie. A la fin, il réalise qu’il vient de voir une œuvre, jouée par les excellents comédiens de la compagnie genevoise Super Trop Trop, qui n’est autre que «Quartier lointain» le manga de Jirô Taniguchi. 

 

Le synopsis du livre est donc de la pièce est le suivant :

 

«Un Japonais de quarante huit ans se remet difficilement des excès d’alcool commis la veille ; à tel point qu’il se trompe de train pour rentrer chez lui. Il se retrouve dans celui qui se dirige vers la ville de son enfance et il en profite pour se rendre sur la tombe de sa mère. Ce retour sur les traces de sa jeunesse va se transformer en bond dans le temps car notre héros va être transporté dans la peau de ses quatorze ans.»

 

C’était remarquablement joué. La mise en scène était innovante. Je trouve excellent que le monde de la Bande Dessinée puisse à la fois toucher le cinéma, le théâtre. Je trouve extraordinaire que les dessinateurs puissent faire l’objet d’expositions dans des lieux prestigieux. C’est une belle reconnaissance pour cet art longtemps considéré comme mineur.

 

quartierlointain01.jpg

Repost 0
Published by L' Oncle Fumetti
commenter cet article
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 15:15

9782205067347-couv-I400x523.jpg

 

Encore une histoire de la mythologie grecque. Le lecteur va se dire que c’est vu, lu et que cela suffit. Que nenni…Le personnage masculin séducteur invétéré est puni par Athéna et se retrouve dans un corps de femme. Vous imaginez la suite ?!?!..Pas forcément. Le scénario est enlevé, le dessin précis et agréable et les couleurs douces. Le livre en lui-même est beau. C’est une vraie réussite, c’est une intégrale et c’est chez Dargaud. Il ne faut pas s’en priver.

 

Le scénariste Serge Le Tendre n’est plus à présenter. Il est une des meilleures plumes de la bande dessinée française. Il a collaboré avec les plus grands dessinateurs. On relève Pendanx, Taduc, Rossi, Serrano et Loisel. J’en oublie et je m’en excuse.

 

Christian Rossi a travaillé avec de nombreux scénaristes de bande dessinée comme Serge Le Tendre (Les errances de Julius Antoine, Tiresias, La Gloire d’Hera), Pierre Makyo (Jordan), Denis Lapière, Philippe Bonifay, Enrique Abuli ou… Jean Giraud (Jim Cutlass).

 

9782205067347_pg.jpg

Repost 0
Published by L' Oncle Fumetti
commenter cet article