Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 19:08

Le synopsis de Grand Angle :

 

« Le naufrage qui modifia le cours de la Première Guerre mondiale…2160 passagers embar-quèrent à bord du RMS Lusitania le 1er mai 1915.7 jours plus tard, seuls 703 demeuraient en vie... Parmi les survivants, un agent double français, bien placé pour connaître les tenants et aboutissants de ce torpillage, et Alfred Vanderbilt, l’héritier de l’une des plus importantes fortunes des États-Unis, mènent l’enquête... »

 

soslusitania.jpg

 

 

Grand Angle réunit une belle équipe autour d'un beau sujet de BD, le naufrage du RMS Lusitania qui accéléra l'entrée des Etats Unis dans la Première Guerre Mondiale. Plus que le naufrage il s'agit d'un torpillage. L'Histoire nous révèle que ce navire n'était pas si civil que cela...Jack Manini, Patrick Cothias et Patrice Ordias travaillent ensemble pour notre plus grand plaisir et pour conter cette page d'histoire en prenant le prétexte de développer l'action autour de plusieurs personnages romanesques. On connaît le talent de Manini. C'est précis, pensé, classique et toujours bien fait. La mise en scène ou en planche est efficace. Le récit est bien mené. Les rythmes des planches alternent avec efficacité. Les personnages, Alred Vanderbilt, en tête sont bien dimensionnés. Des seconds rôles complètent le casting et l'on sent bien qu'ils auront un rôle à jouer dans les tomes qui suivront. C'est un bel album. Tout concourt à nous faire passer un bon moment. C'est classique, solide et efficace. C'est ce que l'on attend d'une telle équipe. Que demander de plus. C'est sorti.

 

jackmanini.JPG 

 

Jack Maniniest né en 1960 à Montargis. Il trasvaille tôt. Il est à la fois scénariste et dessinateur. Il collabore notamment avec Pilote. Dès 1985 il publie Je swinguechez Futuropolis. Il publie chez Albin Michel et Zenda. Il dessine la série Mycroft Inquisitoravec Arleston chez Soleil. Il dessine Estelleavec Raymond Maric.

 

Patrick Cothias(à gauche sur la photo) est né en 1948 à Paris. Il publie dès les années 70 chez Pif Gadget et Okapi. Il passe aussi fugitivement chez Métal Hurlant et Pilote. Il pige aussi au Journal de Mickey. Il collabore avec Julliard pour le scénario du cycle les 7 vies de l'Epervier publié chez Glénat.

 

Cothias-Ordas-juin-10-018.jpg

 

Patrice Ordias(à droite sur la photo) est un spécialiste du roman historique. Il a collaboré plusieurs fois avec Patrick Cothias chez Passavent et maintenant chez Grand Angle. Il a été durant 25 ans le Directeur de l'Ecole de Joaillerie de Paris. 

Repost 0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 07:37

le synopsis de Glénat :

 

« Giuseppe est projectionniste itinérant, sillonnant les routes de Sicile dans sa Dodge de l’armée. On lui remet un jour la bobine d’un film amateur intrigant : on y voit un centaure et un faune des plus réalistes, surpassant largement les effets spéciaux dernier cri ! Il se met alors à diffuser régulièrement ce petit film, qui attire fortement l’attention d’un jeune spectateur, Vito. Giuseppe se prend d’affection pour lui, et tente à la fois d’en apprendre plus sur son histoire et de le protéger de ses mystérieux poursuivants... Cette amitié sera un pas décisif vers un univers fantastique dont Giuseppe ne soupçonnait pas l’existence ! »

 

 

Vito.jpg

 

Très joli livre que celui-ci. Dans un contexte historique de l'entre-deux guerres, Eric Stalner nous propose une histoire à la fois poétique et fantastique. Il narre une histoire dans laquelle apparaisse des personnages mythologiques. Il se mêle le plaisir de contempler la campagne italienne et ces personnages bien définis et qui rendent l'histoire palpitante. Eric Stalner est un merveilleux aquarélliste. Il est aussi un artiste qui veut satisfaire le lecteur en soignant les décors, les cases et les plans très réalistes fourmillent de détails, de finesse technique. C'est un artisan. Il ne s'agit pas là de valider que l'aspect artistique. Le Monsieur sait aussi maîtriser la narration et la mise en scènes, en pages de son histoire. Les personnages sont intéressants, les plans sont superbes. C'est donc un livre très abouti que Oncle Fumetti vous propose de découvrir. C'est un beau livre qui se feuillette et se feuillette à n'en plus finir. Ne boudons pas notre plaisir. Il est sorti.

 

Eric Stalner est né en 1959 à Paris. Il commence sa carrière en 1981 avec son frère dans la publicité notamment. Il intègre le monde de la BD Sa carrière maintenant riche l'a amené à travailler avec Glénat, Dargaud, 12 bis ou Daniel Maghen.On lui doit notamment les séries Voyageurou les Chemins de Malemortou Fabien Mavec son frère Jean Marc.

 

 

stalner.jpg

Repost 0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 07:01

Le plan d'ensemble est un plan qui sert à décrire un lieu, à mettre les personnages dans un contexte historique, temporel, éventuellement sociologique. Il faut se souvenir que la BD est muette. Au cinéma, une voix off peut situer l'action dans un récit. La Bande Dessinée se doit de manière instantanée de situer l'époque, le lieu, le contexte de manière que le lecteur comprenne de manière visuelle et intuitive l'action. Ce sont des plans que l'on trouve au début du livre ou à chaque moment qui voit le contexte et l'action se transformer. On voit bien dans la planche ci-dessous, tirée de Blueberry 24 – Mister Blueberry chez Dargaud que le dessinateur dans la case du haut a voulu que le lecteur sache et connaisse le contexte de l'action.

 

Plan d'ensemble - Blueberry

 

 Ces plans spécifiques permettent aussi une pause. La Bande Dessinée par le nombre de cases accélère ou ralentit l'action. Il apparaît donc nécessaire parfois pour maîtriser le rythme de la lecture et pour maintenir un suspense de ralentir et ce type de plan est dans ces moments-là très utile. Enfin, ce sont des exercices de style pour le dessinateur. Il lui permet d'asseoir sa technique et de faire apprécier son talent par les fans avec la réalisation d'un visuel attractif. Les lecteurs aiment toujours ces plans très spectaculaires.

 

Repost 0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 08:37

Le synopsis de Dargaud :

 

« Un beau voyage, c'est ce qui attend Léa. Depuis toujours Léa cherche sa vie. Elle en bricole une, entre rébellion et provocation. Mais un jour, son père meurt. Alors Léa part sur les traces de son passé. Elle y trouvera une raison de vivre. Le récit d'une histoire dramatique. »

 

lebeauvoyage.jpg

 

 

Voici un joli livre sorti en janvier. Cet album nous raconte la vie ou la renaissance d'une jeune femme qui mène une vie de femme moderne, entre réussite professionnelle et vie privée plus chaotique....Amours d'un soir, vie nocturne etc...Puis à la mort de son père si absent trop absorbé par son travail, des souvenirs d'enfance remontent, par morceaux. Un drame s'est déroulé quelques années auparavant et la vérité est restée secrète et enfouie dans des souvenirs embrouillés, dans une mémoire traumatisée. C'est un joli travail que nous propose les deux auteurs. Zidrou a fait un joli travail sur l'enfance et sur ses traumatismes. Cet ancien instituteur connaît l'enfance et ses méandres psychologiques parfois tortueux. Le scénario est bien mené. La narration monte crescendo.Les personnages et les situations sont construites avec sensibilité et intelligence. Benoît Springer retranscrit l'histoire avec sensibilité et finesse avec un dessin semi-réaliste. Les couleurs élégantes  de Séverine Lambour sont belles et claires. C'est touchant, prenant et agréable à lire et à feuilleter. Oncle Fumetti a beaucoup aimé ce livre. C'est vraiment une belle découverte.

 

Zidrou, Benoît Drousie est né en 1962 à Bruxelles. Il commence comme instituteur. Il se lance dans l'écriture. En 1991 il s'ouvre à la BD avec Ducobu...L'élève Ducobu qu'il crée avec le dessinateur Godi. Il scénarise pour le Lombard, Casterman et Dupuis. En 2010 sort le très beau « Lydie » qu'il concocte avec Jordi Lefebre. Il vit en Espagne à côté de Malaga.

 

zidrou.jpg  springer.jpg

 

 

Benoît Springer est né en 1973 à Saintes. Il sort de l'Atelier BD de l'Ecole de l'Image d'Angoulême. Encore étudiant, il propose déjà un livre à Delcourt. Son style réaliste est élégant. Il a déjà une bibliographie fournie avec environ 14 livres en tant que dessinateur dont les funérailles de Luce en 2008 ou la Boussole en 2011. Il scénarise un peu et a été aussi coloriste. 

 


Repost 0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 06:44

Deuxième anniversaire...Oncle Fumetti a deux ans aujourd’hui. Il fait pourtant plus que son age. Oncle Fumetti, c'est un blog. C’est 356 articles, 16 282 lecteurs, 27 513 articles lus. Ce sont des followers avec @fumetticomics, des référents dont il est fier sur Twitter. Un « Ciao » spécifique à la communauté italienne importante, qui le suit. C’est aussi plein d'ami(e)s sur Facebook (plus de 300) avec « Philippe Fumetti ».

 

Il y a aussi les Maisons d'Edition prestigieuses qui collaborent amicalement ; Dargaud, Glénat, Glénat Mangas, Vents d'Ouest. Merci pour leurs livres que j’offre, après lectures et chroniques, à un hôpital pour enfants malades de Montpellier.

 

Merci à l’équipe d’Alienoïde pour leurs amitiés. Merci aux commentaires aussi, souvent agréables, postés par les artistes, scénaristes et dessinateurs, quand leurs livres sont chroniqués...Ma mère aussi en ecrit. Oncle Fumetti, ce sont aussi des interviews, des vidéos (merci à Dobbs, à Fabcaro, à Fabrice Erre, à Reno Lemaire, à Merwan Chabane, à Guy Delisle pour leurs participations courageuses), des dédicaces. Toute la BD y passe. Même un Prix littéraire décerné, encore de manière confidentiel à Riff Reb's en 2012 pour « Le Loup des Mers ». Si vous le croisez dites lui...Il ne le sait pas !!! On continuera cette année encore...

 

OncleFumetti.jpg

 

Aussi et surtout c’est une identité visuelle (ci-dessus). Il a été decidé en effet de donner un visage à ce Vieux Lecteur de BD...50 années de lecture..LOL.. Il a fallu chercher... Le voici donc après quelques temps et échanges avec l’artiste qui l’a créée. Merci à TG Sangalang pour son travail et sa patience. Mesdames, Messieurs..Nous avons le plaisir de vous présenter le Vieux, le Fameux...Oncle Fumetti. Merci pour vos retours...Et en route pour le site internet cette année. L’aventure continue, merci à Tous. Bon Anniversaire Oncle Fumetti.

 

Pour finir, merci  à Mes Lecteurs sans lesquels le blog n’aurait pas ou peu de sens. Merci à Eux !!!

 

Enfin et pour finir, Merci à la Femme que j’aime.  Elle est à la genèse du projet. Merci Chérie.  

 

 

Repost 0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 06:16

e synopsis de Casterman :

 

« En 1815 à Whaligoë, petite bourgade nichée au coeur de l’Écosse profonde, deux des adolescents du village bravent les interdits en s’embrassant secrètement sur le site sacré des Craighorns, conformément à un vieux rituel gaëlique, pour matérialiser leur engagement l’un envers l’autre pour l’éternité. Douze ans plus tard, en chemin vers le nord, un écrivain en panne d’inspiration, Sir Douglas Dogson, et sa maîtresse toxicomane Speranza font halte par hasard à Whaligoë. Le couple bat de l’aile et Lord Douglas caresse l’idée du suicide lorsqu’il entrevoit, dans le cimetière qui jouxte l’auberge, une jeune fille spectrale qui s’allonge sur les tombes… »

 

 

Whaligoe.jpg

 

 

Conte fantastique, histoire fantastique assurément. C'est une histoire d'un amour déchu ou sur la fin. C'est l'histoire d'un homme au bout du rouleau et qui aspire à la mort et à se la donner, qui par une nuit d' Ecosse aperçoit un fantôme d'une jeune femme mais est-ce bien un spectre ? Mystère...C'est un très joli livre que nous livre cette collaboration entre Yann que l'on ne présente plus et Virginie Augustin. C'est sur la base d'un dyptique que se décline cette histoire. Le récit est maîtrisé par le scénariste si chevronné. Le dessin est au diapason. Le style semi-réaliste est approprié à cette narration. Le rythme est bien mené. La mise en page est efficace. Les couleurs orchestrées par Fabien Alquier sont bien en phase. C'est du bel ouvrage. Le récit romantique mais parfois rendu piquant par les dialogues font de ce moment de lecture un agréable moment. A découvrir. C'est sorti.

 

Yann est insaisissable. Né à Marseille le 25 mai 1954, ce personnage d’origine bretonne est installé à Bruxelles. Il goûte jeune aux joies de la publicité et de l'architecture avant d’intégrer le monde de la BD en réalisant seul quelques "Cartes Blanches"  pour le journal de Spirou en 1974. Son association avec Conrad est prolifique et réussit. Yann comprend rapidement que le dessin ne permet pas la réalisation rapide de toutes les idées qui bouillonnent en lui. On le verra ainsi apporter son punch à notamment Yslaire (le premier épisode de "Sambre"),  Batem et André Franquin ("Le Marsupilami"), Morris ("Lucky Luke"). Après avoir placé ses pions chez presque tous les éditeurs, il rentre par la grande porte chez Dupuis en écrivant des récits épiques pour René Hausman dans "Aire Libre" ("Les Trois cheveux blancs" et "Le Prince des écureuils"). Aujourd'hui, Yann est sans conteste l'un des scénaristes incontournables de la profession.

 

yann-I305x380.jpeg 

 

Virginie Augustin est née en 1973. Elle a été formée au Gobelins. Elle a commencé par l'animation avant de venir à la Bande Dessinée. Elle a déjà collaboré avec Delcourt sur Alim le Tailleur, ainsi qu'un album du Monde de Troy.


 

 augustinvirginie.jpg

 


Repost 0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 05:50

Ce mois-ci sort le nouveau livre de Jonathan Munoz paru chez Cléopas «Les Dormants ». Quand on lui demande spontanément de se présenter à Oncle Fumetti afin que ses fans ou les lecteurs fassent mieux sa connaissance voici ce que l'on reçoit comme réponse...

« Un mardi matin de l'année 1984, alors que le café tiédit dans la salle à manger, sa génitrice et son géniteur se regarde tendrement. Neuf mois plus tard il naîtra. Il grandira entouré d'une Game Boy et d'un frère qui lui fera comprendre à coup d'édredon que dans la vie, il faut savoir partager.

C'est comme cela que pour tuer le temps entre deux parties de jeux, il commence à tartiner des cahiers de gommettes, feutres et autres ustensiles de dessin. Une manie qui le poursuivra bien plus tard au grand dam de ses professeurs qui lui expliqueront que l'on ne barbouille pas ses livres d'histoire avec des vaisseaux intergalactiques à rayon ultra gamma bx-2000. Il obtiendra malgré tout son bac avec mention « admis », ce qui lui permettra d'intégrer l'école supérieure lyonnaise spécialisée dans l'art du gribouillage (Émile Cohl), d'où il sortira diplômé. Il obtiendra ainsi l'autorisation de faire de petits gribouillis dans des livres de français, des mensuels Disney et autres magazines spécialisés. Très vite il sera repéré par des gens ayant beaucoup de goût qui lui proposent le barbouillage de livres entiers. C'est ainsi que naquit « Un léger bruit dans le moteur » en collaboration avec Gaet's et Jean-Luc Luciani (sortie été 2012). Il travaille actuellement sur de nouveaux projets dont « Les dormants » aux éditions Cléopas qui devrait voir le jour fin février 2013. »

 

Lesdormants.jpg

 

Bonjour Jonathan Munoz. Vous êtes l'auteur des dessins du livre « Un léger bruit dans le moteur » paru en 2012 chez Physalis. Vous publiez un deuxième livre ces jours-ci que vous avez conçu entièrement seul. Il s'agit de « Les Dormants » paru chez Cléopas. Merci de répondre à Oncle Fumetti.

 

Quand on regarde votre site on voit la multiplicité de vos compétences et envies ; illustrations, peintures, sculptures, animation. Qu'est ce qui vous intéresse plus ? Vers quoi vont vos préférences ?


La sculpture permet de comprendre un volume ou l'animation de comprendre le mouvement et l'attitude des personnages...J'aime explorer différentes techniques artistiques. Je me suis cependant orienté vers le dessin dans le but de raconter des histoires. J'ai trouvé dans la bande dessinée une manière de lier l'ensemble de ces compétences. Je pense que tous ces arts sont liés et me servent dans le travail que je réalise en BD aujourd'hui.

 

Vous avez dessiné le livre "Un léger bruit dans le moteur"...Il a bien été reçu par la communauté des fans de BD. Comment avez vous travaillé sur ce projet ? Quand avez vous retenu  en terme d'expérience ?


La manière dont je me suis mis à travailler sur ce projet est un peu longue à raconter, alors je vais être concis. Dans les grandes lignes : j'ai rencontré Gaet's (mon scénariste) dans une soirée, on a bu des bières et longuement discuté.

 

Il m'a dit : « lis ce livre ! » (je l'ai lu. Ça m'a plu !)

Il m'a dit : « je l'ai adapté en scénario BD » (je l'ai lu. Ça m'a plu !)

Il m'a dit : « ça t'intéresserais de le dessiner ? »

J'ai repris une bière et j'ai dis :  « OK »

 

Ce que j'ai retenu de tout ça c'est que parfois (rarement je l'admets) la bière permet de faire les bons choix.


Comment s'est faite la collaboration avec Gaet's et Jean Luc Luciani sur ce livre ?


À l'époque avec Gaet's nous habitions tous deux dans la même ville ( Lyon) ce qui à grandement facilité les échanges. On se retrouvait soit chez l'un soit chez l'autre (souvent chez lui, son appartement était mieux rangé... ) pour discuter du scénario, de mes dessins, des retouches à apporter, le tout entrecoupé de discussion sur la littérature, les films et un petit peu des filles...

Avec Luciani (l'auteur du livre) nous n'avons pas eu d'échanges avant d'avoir terminé l'album. Je ne voulais pas être influencé par sa vision du livre. Gaet's et moi voulions apporter notre truc à nous. Un regard plus personnel. On a cherché ce que notre média pouvait apporter de plus. C'est à dire ne surtout pas refaire mais essayer de sublimer ce que nous avions aimé.

 

Est-ce difficile de suivre les demandes d'un scénariste ?

 

Ça dépend des scénaristes, avec Gaet's nous avions les mêmes envies, à peu près les mêmes goûts, ça s'est donc fait assez naturellement.

 

Pourquoi avoir travaillé avec Physalis ? Était-ce une commande ou un projet que vous avez présenté ?

 

Nous avons démarché pas mal d'éditeurs avec notre projet sous le bras, la réponse a été souvent la même:  « c'est super !... malheureusement notre ligne éditoriale ne nous permet pas d'éditer ce type d'ouvrage. »

Gaet's avait déjà eu plusieurs collaborations avec le directeur éditorial de cette maison d'édition. Il lui a présenté le projet et l'éditeur a voulu signé. On n'avait pas bu de bière : on a quand même dit : OK.

 

les-dormantsplanche-copie-1.jpg

 

Vous vous apprêtez à publier "Les Dormants" chez Cleopas cette fois-ci ? Pourquoi ce projet ?

 

Ce projet me trotte dans la tête depuis quelques années déjà. Je voulais parler d'une chose qui me tenait vraiment à cœur, une chose intime mais comme c'est personnel, je ne vais pas dire pourquoi. Non non non.

 

Comment avez vous eu l'idée ? De quoi parle le livre ?

 

J'étais sur un canapé avec mon frère quand il m'a dit :« Ça serait marrant de raconter une histoire avec une fille qui à des cheveux en or. ». C'est parti de là. Au final l'histoire n'a rien à voir ! C'était juste le déclic, l'idée du conte. Je voulais parler du deuil. Un sujet tellement éculer qu'il me fallait l'aborder de manière originale sans tomber dans le pathos. J'espère sincèrement y être arrivé.

 

Pourquoi seul cette fois-ci et pourquoi cette maison d'éditions ?

 

D'abord parce que j'adore écrire, aussi parce que je suis dyslexique et que j'ai passé ma vie a entendre que je ne saurai jamais écrire.

J'avais envie de me prouver l'inverse. Il se trouve que cette maison d'éditions m'a fait confiance, m'a laissé une vraie liberté et je les en remercie.

 

 

Comment travaillez vous un projet ? Etes vous devant la page blanche et Go !! On y va ou êtes vous structuré à faire des croquis, des crayonnés pour explorer votre imaginaire ?

 

C'est un grand n'importe quoi, un peu à l'image de ce qui se passe dans ma tête. Un million de feuilles volantes, un coin de nappe, des petits bouts de croquis sur de grandes feuilles, des grands dessins sur des petits bouts de papiers rapiécés. Un bureau inondé. Et après j’essaie de mettre de l'ordre dans tous ça. 

 

Quel technicien êtes vous ? Etes vous plus palette graphique ou mine de plomb ?

 

Les deux. J'aime le contact du papier et les possibilités du numérique.

 

Quels sont vos idoles de jeunesse, vos inspirateurs ? 

 

Yslaire, Manu Larcenet, Ernest Pignon Ernest, les Jouvray, Pedrosa, Guarnido, Frederik Peeters, Peter de Seve, Lepage, Marc Antoine Mathieu, Franquin, Bill Watterson, Molière, Edmond Rostand, Rémy Boiron, Zidrou... et beauuuuuuucoup d'autres.

 

Êtes vous plus "One shot" ou inspirez vous plus à une bonne série qui assure les fins de mois légères ?

 

Je suis encore jeune, j'ai envie de papillonner les One shot me le permettent. Alors pour l'instant...

 

Merci Jonathan de nous avoir donner de votre temps à Oncle Fumetti et tous nos vœux de réussite pour votre livre. A bientôt.

 

jonathan-munoz-1-copie-2.jpg

 

 

 


Repost 0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 06:05

Le synopsis de Emmanuel Proust :

 

« Mio, 17 ans, jeune fille bien éduquée, débarque sur une île prison au règlement bien étrange ! Le seul moyen de s’en échapper, est de racheter sa liberté. Pour cela, deux solutions : travailler dans une usine pour un salaire de misère… ou devenir chasseur de primes ! En effet, il suffit de tuer une personne endettée pour que cette somme soit automatiquement déposée sur votre compte… Chasseur ou proie, quel sort attend la jeune Mio, parmi les marginaux, mais aussi les criminels, qui peuplent l’île ?… Terrifiante et prémonitoire, la vision d’une humanité pour qui l’argent est devenu la seule valeur, et où la vie humaine n’est plus qu’une marchandise. »

 

Bunny01_CoverP1-web_0.jpg

 

 

C'est un scénario écrit à quatre mains que nous propose Emmanuel Proust et ses deux jeunes pousses bretonnes. Juliette Fournier et Jean Gaël Deschard se connaissent et on note une belle synergie dans leurs relations techniques. Leurs approches graphiques sont très semblables. On sent une belle complicité. C'est en même temps logique puisqu'ils ont reçu l'enseignement de la même école nantaise. Une fois cette entrée en matière évacuée, le Vieux Fumetti, qui a lu de ça et de là les chroniques de ses collègues, a envie de s'inscrire en faux. Oui c'est un livre jeune. Peut-être que dans un ou deux ans ils se diront qu'ils l'auraient conçu autrement mais c'est tel que, c'est quand même bien joué. L'héroïne est attachante, sexy même. Le contexte est intéressant. Le scénario tient la route et il ne faut pas chercher forcément des sous-entendus philosophiques derrière tous les phylactères et à chaque page. Il faut se laisser porter par les dessins, la mise en page et l'histoire. Le sujet est intéressant. C'est bien dessiné. C'est un peu un manga et l'Ancêtre aime bien... Bref, cet album est sorti et Fumetti a aimé.

 

Juliette Fournier est née à Lille en 1985. Elle habite Rennes. Elle a étudié les Arts Graphiques à Nantes. Elle apprécie les mangas, l'animation. Elle a déjà publié un premier livre en solo ; Morphine.

 

juliettefournier.jpg  jeangaeldeschard.jpg

 

Jean Gaël Deschard est né à Angers en 1984. Il vit à Rennes. Il a étudié les Arts Graphiques à Nantes. Il est le dessinateur et le coloriste sur ce projet.

 

 

Repost 0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 14:30

tcho.png

 

Ci-dessous le message de la dernière newsletter :

 

"Ben voila… Tchô ! c’est fini, car après presque 15 ans de bons et loyaux services, et 163 numéros de folie, le dernier d’entre eux vient d’arriver en kiosque… Mais bon, range ton kleenex, hein ! Car pour ce dernier Tchô ! de toute l’histoire de l’humanité, on t’a réservé un final grandiose, avec au programme tous les auteurs ayant un jour participé au journal, plus quelques invités prestigieux ! Tous se sont amusés, pour cette dernière grande teuf, à créer leur Tchô ! spécial. Pour l’achat de ce Tchô ! historique, tu auras donc 30 mini-Tchô ! bourrés de jeux, de BD, de surprises, avec par exemple un Tchô ! manga signé Zep ou un Tchô ! spécial fantômes signé Mathilde Domecq ! Alors rue-toi vite chez ton marchand de journaux, installe-toi bien, et en route pour un dernier voyage avec ceux qui t’ont si bien accompagné ces dernières années : Titeuf, les Chronokids, Ohm, Lou, Boulet, Marie Frisson, Nob, Bill et Gobi, les Melomaniaks, Tehem, Tony et Alberto, Bichon, Nini Patalo, Mathieu Sapin, Franky Snow, Tebo, Keramidas, Trondheim et plein d’autres ! Merci à eux. Merci à vous…"

 

Aux collectionneurs maintenant !!!!!

Repost 0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 08:33

Le synopsis de Vents d'Ouest :

 

« Quand la vengeance pousse comme la mauvaise herbe entre les pavés. Qui pourrait se douter en la voyant que la Chenue n’a pas perdu la tête, mais que malgré son vieil âge, un désir puissant de vengeance l’anime ? Son arrière-petite-fille, Caroline, voudrait profiter des plaisirs de son âge dans les bras de Christophe... Comment pourraient-ils savoir que leur insouciance paraît indécente à leurs familles, quand le secret est la vertu la mieux partagée ? »

 

la-chenue-bd-volume-1-simple-47008.jpg

 

 

C'est un très joli livre que nous proposent Sébastien Corbet et Jean-Blaise Djian d'après un script

de Didier Convard. Il s'agit d'une histoire qui se déroule dans un village et qui nous narre une histoire à la « Roméo et Juliette ». Les Capulet et les Montaigu transposés à la campagne, dans un lieu imaginaire. Il s'agit d'une histoire de jalousie, de secrets lourds et bien gardés sur plusieurs générations. Il s'agit d'une relation amoureuse entre deux adolescents. Des années durant ,les ascendants de ces deux jeunes gens se sont affrontés. Les anciens mourrant, les vieilles histoires ressortent et un corbeau commence à envoyer des courriers agressifs. Les deux jeunes amoureux sont pris dans un tourbillon qui laissera des traces. C'est un livre touchant, élégant et sensible que nous découvrons. Le dessin de Sébastien Corbet est joli et simple. Cela le rend

agréable à parcourir. Jean-Blaise Djian sait raconter cette belle histoire en mêlant flash-backs et narration plus contemporaine. A noter la présence de Stéphane Heurteau à la couleur. C'est prenant et on tourne les pages pour suivre le récit sans s"arrêter. Comme l'écrit Didier Convard dans la préface «Je leur ai offert mon manuscrit. Je me suis contenté de ce seul geste... Il en ont fait ce merveilleux album, lumineux et sombre. Doux et effrayant. »...Courrez le découvrir. C'est une vraie réussite.

 

la_chenue_planche_3_1.jpg

 

 

Jean-Blaise Djian est parisien mais vit en Normandie. C'est un fan de BD de longue date. Il a travaillé au côté de Loisel à ses débuts. C'est aujourd'hui un scénariste chevronné qui a collaboré avec Soleil, Vents d'Ouest ou Emmanuel Proust.

 

jeanblaisedjian.jpg  Sebastiencorbet.jpg

 

Sébastien Corbet est né en 1972. Il est bas-normand. Il a fait une école de publicité. Il a lui aussi collaboré avec Loisel. Il crée avec Stéphane Heurteau la série « Fanch Karadec » aux éditions Vagabondages d'après une idée de Régis Loisel et Jean Charles Kraehn. On annonce le tome 3 sous peu...

 

Repost 0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
commenter cet article